BFM Business

Paris: Rachida Dati favorable à la réouverture aux voitures de "certains tronçons" des voies sur berge 

Les voies sur berge sont piétonnes depuis l'été 2016.

Les voies sur berge sont piétonnes depuis l'été 2016. - BFM Paris

Dans un courrier à l'organisation patronale Ethic, la candidate LR à la mairie de Paris dit s'engager à rouvrir "certains tronçons" des voies sur berge si elle est élue.

Faut-il rouvrir, au moins en partie, les voies sur berge? Rachida Dati y est favorable et le fait savoir à l'organisation patronale Ethic, après une rencontre avec des entrepreneurs du mouvement début décembre. Dans un courrier daté du 21 janvier adressé à Sophie de Menthon, la présidente de l'organisation, la candidate LR l'écrit clairement.

"Il sera difficile de revenir en arrière annulant ce qui a été fait concernant la circulation des voitures sur les voies sur berge; toutefois je m'engage à rouvrir certains tronçons", peut-on lire dans ce document que nous avons pu consulter. 

La candidate ne précise toutefois pas quels tronçons sont envisagés pour une réouverture aux voitures. A Paris, hormis Marcel Campion (Libérons Paris) et Serge Federbusch (Aimer Paris), la quasi-totalité des candidats se sont prononcés pour le maintien de la piétonnisation.

Jusque-là, Rachida Dati était restée évasive sur la question des voies sur berge. Dans une interview à 20Minutes publiée fin novembre, elle évoquait l'idée d'organiser une consultation des Parisiens "sur les schémas de mobilités". 

Bus plus petits, bateaux-navettes électriques...

Dans sa lettre à Sophie de Menthon, Rachida Dati l'assure de sa "mobilisation pour faire le plus vite possible changer l'image de Paris, devenue une ville salle et encombrée".

"J'ai bien à l'esprit que Paris est une capitale économique et que vous en êtes les acteurs: la plus belle ville du monde ne peut se réduire à un circuit piétonnier ou pour deux roues", écrit encore la maire du 7e arrondissement. 

En matière de circulation, Rachida Dati fait part de son intérêt pour plusieurs mesures, suggérées par l'organisation Ethic: la limitation des bus pour "les remplacer par de plus petits, plus fréquents et électriques", l'interdiction progressive des cars "notamment de tourisme, dans l'hyper centre" ou encore "mieux utiliser la Seine comme axe central, en utilisant des bateaux-navettes électriques". 

Carole Blanchard