BFM Auto

Paris: contre la journée sans voiture, des automobilistes veulent envahir le périphérique

Des automobilistes veulent marquer leur désaccord avec la journée sans voiture à Paris en défilant sur le périphérique.

Des automobilistes veulent marquer leur désaccord avec la journée sans voiture à Paris en défilant sur le périphérique. - Philippe Lopez - AFP

La journée sans voiture, organisée pour la troisième année à Paris se tiendra dimanche et concernera l'ensemble de la capitale. Face à ce qu'ils considèrent être une "décision arbitraire", des automobilistes comptent organiser dimanche une opération escargot sur le périphérique.

Dimanche, les cyclistes et les piétons pourront prendre possession des rues de la capitale. Pour cette nouvelle journée sans voiture, tout Paris intra-muros sera concerné par l'interdiction de circuler à bord d'un véhicule motorisé. Une opération contre laquelle se mobilisent des automobilistes en colère. Ces derniers veulent défendre leur liberté de circuler et prévoient de défier la maire de Paris, qui assume une politique de réduction de la voiture dans la capitale.

Dimanche, l'Union pour la défense de l'égalité et de la liberté de circuler motorisé (UDELCIM) appelle ainsi les automobilistes à prendre le périphérique parisien, un axe non concerné par l'interdiction de circuler. L'opération, relayée sur les réseaux sociaux, est aussi soutenue par l'association 40 millions d'automobilistes, la Ligue de défense des conducteurs et le collectif Paris automobilibre.

"Nous avons décidé de dire que les voitures ont le droit de rouler et nous allons envahir le périphérique dimanche", résume Michel Romanet-Perroux, président de l'UDELCIM.

"Assiéger" Paris

A partir de 10h, au départ du carrefour de Longchamp au Bois de Boulogne et de l'esplanade du Château de Vincennes, les véhicules réunis s'engageront pour une opération escargot autour de Paris. "On espère qu'il y ait une saturation du périphérique, comme à ces grandes heures où on ne peut pas avancer", poursuit l'automobiliste en colère.

Pour lui, la décision d'Anne Hidalgo d'organiser cette journée sans voiture a été prise "sans concertation" et s'apparente à un "dictat". Il met d'ailleurs en garde la municipalité sur la suite du mouvement.

"Ca va gêner moyennement les personnes, mais on peut le faire aussi en semaine et 8 jours de suite de façon à assiéger, entre guillemets, Paris", prévient Michel Romanet-Perroux.

L'interdiction de circuler pour la journée sans voiture concernera tout le territoire parisien, de 11h à 18h. De nombreuses exceptions et dérogations sont toutefois prévues dimanche. Véhicules de secours et de livraison, taxis, VTC et transports en commun seront notamment autorisés à circuler. Les automobilistes qui rouleraient sans autorisation s'exposent toutefois à une amende de 135€ (minorée à 90€).

Carole Blanchard