BFM Business

Newron EV1, la haute couture de la moto électrique

L'EV1 est le premier modèle de la start-up française Newron, basée dans le Val d'Oise.

L'EV1 est le premier modèle de la start-up française Newron, basée dans le Val d'Oise. - Newron

Cette start-up française ouvre actuellement les premières commandes de sa première moto électrique, une grosse cylindrée au design sur-mesure.

Un look tapageur pour un engin silencieux, voilà comment résumer l’EV1, la première moto électrique de Newron. Créée en 2016, cette start-up française se positionne sur le segment de la moto haut de gamme zéro émission.

"Nous voulons proposer une moto sur mesure, de la haute couture, mettant en avant le savoir-faire de nos artisans", nous explique Sébastien Mahut, l’un des fondateurs de la start-up.

Une moto sur mesure

Ce savoir-faire se retrouve dans une ligne efficace, qui évoque immédiatement les grosses cylindrées. Ce marché très prisé du deux-roues a pris cette année le tournant de l’électrique, avec des projets chez tous les grands constructeurs, titillés par de nouveaux arrivants, comme Newron. Dans son design, l’EV1 marie cette histoire de la moto puissante -un engin bâti autour du réservoir et du moteur- avec le futur: ici le réservoir est une grosse batterie apparente, de forme cylindrique.

Si les photos du modèle de série montrent un carénage en bois, Newron s’adaptera aux goûts de chaque client, avec une carrosserie en carbone, du titane, ou encore "une selle façon Hermès", nous confie Sébastien Mahut.

Bois, titane, carbone, Newron propose des matériaux haut de gamme, pour une moto totalement personnalisable.
Bois, titane, carbone, Newron propose des matériaux haut de gamme, pour une moto totalement personnalisable. © Newron

"J’étais ingénieur dans l’aéronautique, et j’avais à cœur de réaliser un projet de moto électrique, poursuit-il. L’avenir est tourné vers ces motorisations alternatives, différentes de ce que nous avons connu depuis un siècle. Nos clients sont des propriétaires de Tesla, de BMW i8, des personnes à la fois sensibles au luxe et à l’environnement".

Newron a ouvert les commandes de l’EV1, tout en préparant une levée de fonds afin de financer sa fabrication en France, via une première implantation industrielle. La start-up du Val d’Oise est notamment soutenue par Advans Group, les équipes de designer de Dassault Systems, mais aussi BPI France. Les pièces viendront au maximum de l’Hexagone, à l’exception de la batterie ou du moteur, que Newron ira chercher en Europe, sans donner plus de détails sur leur provenance.
Ce premier modèle affichera une puissance équivalente à 102 chevaux. D'autres configurations et capacités de batterie devraient suivre, pour atteindre une production d'une centaine d'exemplaires par an, à l'horizon 2025.
Ce premier modèle affichera une puissance équivalente à 102 chevaux. D'autres configurations et capacités de batterie devraient suivre, pour atteindre une production d'une centaine d'exemplaires par an, à l'horizon 2025. © Newron

240 kilomètres d'autonomie 

L’EV1 restera surtout un modèle très exclusif: seuls 12 exemplaires seront commercialisés, Newron a déjà reçu 3 commandes fermes. A partir de septembre, les réservations ouvriront en ligne. Prix de départ: entre 50 et 60.000 euros. "Tout dépendra de la personnalisation du modèle", précise Sébastien Mahut.

Ce tarif se veut deux fois plus élevé que la Livewire, la première moto électrique de l’Américain Harley Davidson. Mais son autonomie s’annonce aussi presque deux fois plus importante: environ 240 kilomètres, quand la Livewire n’en annonce que 140. Côté accélération, comme la Harley, l’EV1 atteindra les 100 km/h en 3 secondes.

Newron mise aussi sur les nouvelles technologies. L’intelligence artificielle doit ainsi permettre à la moto d’anticiper son futur trajet, de prévoir un itinéraire avec des points de recharge (comme le fait déjà Tesla sur ses véhicules). Ce qui explique aussi son tarif.

Pauline Ducamp