BFM Auto

Comment Mazda veut sauver le moteur thermique

Le nouveau moteur à essence de Mazda sera commercialisé dès 2019, visiblement sur une grande berline.

Le nouveau moteur à essence de Mazda sera commercialisé dès 2019, visiblement sur une grande berline. - Top Gear BBC

Marier le meilleur du moteur essence aux avantages du moteur diesel, pour sauver la planète, c’est la nouvelle stratégie développée par le constructeur japonais Mazda. Elle s’incarne dans un moteur thermique qui se veut révolutionnaire.

Vanter les mérites du moteur thermique, quand la majorité des constructeurs et des pouvoirs publics ne jure que par l’électrification, est un positionnement original. Tel est le contre-pied pris par Mazda ce 8 août, avec l’annonce du lancement d’un nouveau moteur essence, le "Skyactiv-X".

Qualifié de "rupture majeure", auprès de Reuters, par Ryoji Miyashita, président du bureau d’ingénierie automobile AEMSS. Pour résumer, ce nouveau moteur essence doit combiner le meilleur des deux mondes: l’efficacité d’un moteur diesel et le peu de nocivité en termes de particules et d’émissions d’oxydes d’azote de l’essence.

Petit cours de combustion moteur

Concrètement, ce nouveau moteur "Skyactiv-X" est bien un moteur essence. Mais il intègre une technologie venue du diesel: l’allumage par compression. Dans le détail, sur un moteur diesel, l’air est comprimé dans la chambre de combustion par un piston, sa chaleur augmente alors et enflamme le carburant. Traditionnellement, un essence a (lui) besoin d’une bougie pour enflammer le carburant dans la chambre.

Dans un diesel, le mélange air-carburant dans la chambre peut se résumer ainsi: beaucoup d’air, peu de carburant, soit un mélange assez pauvre (… et donc moins gourmand en carburant). L’essence ne permet pas ce mélange carburant-air presque parfait, car il faut injecter une quantité de carburant plus importante dans la chambre. Or, s’il y a trop de carburant, ce dernier refroidit le moteur et arrête la combustion. Il faut donc des bougies pour enflammer le carburant.

Le meilleur des deux mondes

Si vous avez bien suivi ce petit cours de physique essence-diesel, Mazda a réussi (selon ses dires) à transposer ce phénomène d’auto-allumage propre au diesel dans son nouveau moteur essence. La force du moteur de Mazda est de combiner les deux systèmes d’allumage, selon les plages de fonctionnement. Quand il a besoin d’un petit coup de pouce, le moteur s’allume toujours grâce aux bougies. Mais la plupart du temps, le taux de compression du moteur doit permettre d’enflammer directement l’essence, comme dans un bloc moteur diesel.

La marque japonaise a en outre beaucoup travaillé sur l'injection des gouttes de carburant dans la chambre de combustion, pour éviter la formation des polluants propres au moteur diesel: les particules et les rejets d'oxydes d'azote (les fameux Nox).

Par ailleurs, le taux de compression du carburant reste fixe, mais est plus élevé que dans un diesel. Tout le carburant est donc brûlé, ce qui permet d'en mettre moins. Il n'y a pas de déperdition.

Résultat: Mazda promet alors un rendement 20 à 30% plus élevé qu’un moteur essence classique, un rendement énergétique meilleur que l’actuelle gamme de moteur diesel du constructeur japonais, et un couple plus important. Le japonais promet également moins de CO2 (comme le moteur consomme moins) et moins de rejets de polluants (Nox et particules).

Le moteur thermique au cœur de la stratégie

Mazda cultive depuis de longues années une position inédite dans le monde automobile. Sa technologie de moteur diesel est déjà une des rares à ne pas utiliser de système de dépollution comme le SCR (tel Audi, Peugeot ou Volkswagen). Le constructeur mise plutôt sur l’efficience même du moteur. Mazda avait adopté un positionnement original en ne pratiquant pas non plus de downsizing sur ces moteurs.

"Nous pensons qu’il est impératif et fondamental pour Mazda de poursuivre les recherches sur le moteur à combustion interne idéal, a expliqué à Reuters le patron de la R&D de Mazda, Kiyoshi Fujiwara. L’électrification est nécessaire, mais le moteur à combustion interne reste prioritaire".

"À long terme, Mazda espère créer un futur durable dans lequel les hommes, la Terre et la société coexisteraient avec les voitures, afin d’enrichir la vie des automobilistes par le biais d'une expérience axée sur l’agrément de conduite", peut-on lire dans le communiqué Mazda. Ou comment sauver le monde avec de l’essence allié à la technologie diesel plutôt qu’avec de l’électrique. Le "Skyactiv-X" sera commercialisé en 2019, a priori sur une grande berline.

Pauline Ducamp, avec Top Gear