BFM Business

Le break de chasse, cette carrosserie classieuse

La Chevrolet Nomad est au début des années 50 l'un des premiers shooting breaks, avec seulement deux portes. Un vrai break coupé.

La Chevrolet Nomad est au début des années 50 l'un des premiers shooting breaks, avec seulement deux portes. Un vrai break coupé. - Wiki-Commons - Bull Doser

Le "shooting break" ou break de chasse est l’alternative classieuse à la voiture familiale, break classique ou SUV. Apparu dans les années 20, popularisé dans les années 60, apanage des Britanniques, il est aujourd’hui trusté par les marques allemandes.

Mais c’est quoi un "shooting break" (en français, break de chasse)? La question revient devant n’importe quelle publicité pour une marque allemande, plutôt à l’étoile ou aux quatre anneaux, qui use souvent du terme (ou de l'appellation "Sport Kombi" en allemand). Le "shooting break" est un monument de l’automobile, une forme de carrosserie, qui marie l’élégance des lignes d’un coupé ou d’une sportive, au côté pratique du break ou de la familiale à grand volume de coffre.

Break sur un châssis de voiture de luxe

Selon la définition donnée par le préparateur Callaway, "au XIXème siècle, cette terminologie (le "shooting break", ndlr) décrit un véhicule qui était utilisé lors des parties de chasses pour transporter les équipements et les chiens. Au XXème siècle, le terme a commencé à définir des breaks deux portes construits sur les châssis de voitures de luxe". Cela a finalement peu changé depuis, (avec des versions deux ou quatre portes). Et c’est pour cette raison que le shooting break est une carrosserie classieuse: elle tire ses racines du luxe, cultive cet élément distinctif.

Le terme "shooting break" fait désormais partie intégrante du nom de certains modèles, comme pour cette CLS.
Le terme "shooting break" fait désormais partie intégrante du nom de certains modèles, comme pour cette CLS. © Daimler

Rolls-Royce ou Aston Martin

Rolls-Royce fut l’un des premiers à décliner le shooting break dans les années 20, mais c’est surtout dans les années 50, que la Chevrolet Nomad aux Etats-Unis, puis dans les années 60 l’Aston Martin DB5 shooting brake et la Volvo P1800 ES (1971) établissent le genre. Luxe ou grand public, le shooting break est accessible dans toutes les gammes de prix.

Aujourd’hui, ce type de modèle est plus vivant que jamais mais définit surtout des breaks racés, plutôt cinq portes, dotés de motorisations puissantes comme la Mercedes CLS Shooting Brake ou l'Audi S4 Avant. Avec son look familial, la Ferrari FF peut aussi faire partie du lot, comme la Corvette AeroWagen.

P. Ducamp