BFM Business
Auto

Guerre en Ukraine: l'industrie automobile allemande en panne de câbles

Les constructeurs allemands doivent multiplier les arrêts de production. Les groupes français semblent moins exposés.

Energies, céréales, engrais mais aussi pièces automobiles. La guerre en Ukraine risque également de poser un problème pour les constructeurs européens déjà frappés par la pénurie de composants électroniques, des ruptures de production et des ventes en berne. Et les marques allemandes semblent particulièrement touchées.

Le pays compte une vingtaine d'équipementiers, notamment spécialisés dans la fabrication de faisceaux de câbles qui représentent 95% des exportations de pièces automobiles du pays. Et même si les usines sont situées à l'ouest, à la frontière polonaise, nombre d'entre elles ont fermé leurs portes il y a maintenant presque deux semaines au moment du déclenchement du conflit avec la Russie.

Volkswagen, Audi, BMW

Avec des conséquences immédiates pour les grands constructeurs européens car ces pièces sont essentielles. Selon Automobilwoche, Volkswagen va interrompre peandant deux semaines la production dans son usine historique de Wolfsburg. Le géant allemand travaille avec près d'une douzaine de fournisseurs en Ukraine, la plupart fabriquant des câbles.

Audi de con côté a stoppé l'assemblage dans ses usines d'Ingolstadt et de Neckarsulm. La production des modèles A4 et A5 sera suspendue du 7 au 11 mars celle des modèles A6 et A7 entre le 7 au 18 mars. Porsche a mis en pause la production de ses modèles Macan et Panamera à Leipzig jusqu'à la fin de la semaine et BMW va suspendre cette semaine la production dans sa principale usine de Dingolfing.

Les constructeurs français semblent moins exposés, du moins du côté de leurs approvisionnements avec des fournisseurs ukrainiens. Très présent en Russie, Renault par exemple ne se fournit pas en Ukraine, à l'exception d'interrupteurs. Stellantis ne fait pas état de problèmes mais "surveille de manière attentive et continue la situation", selon Les Echos.

Face à cette situation, Leoni, un des grands équipementiers ukrainiens et spécialistes des câbles pour l'automobile, a formé un groupe de travail pour faire face à la perturbation des approvisionnements.

Prix des métaux

La guerre en Ukraine a également des effets indirects sur l'industrie. La flambée des prix des métaux utilisés dans les voitures, de l'aluminium dans la carrosserie au palladium dans les convertisseurs catalytiques en passant par le nickel de haute qualité dans les batteries des véhicules électriques va peser sur les finances des fabricants.

Par ailleurs, les constructeurs qui ont des usines en Russie s'interrogent voire décident de plus en plus d'arrêter la production. A l'image du groupe coréen Hyundai qui dit ne pas savoir quand les opérations dans son usine de Saint-Pétersbourg reprendront. Renault, très exposé, a pour l'instant arrêté la production des usines d'Avtovaz dans le pays jusqu'au 11 mars, en raison de difficultés d'approvisionnement sur les semi-conducteurs.

Enfin, certains ont décidé de suspendre leurs importations vers la Russie: Volkswagen, Nissan, Honda, Toyota, Jaguar, Aston Martin, Porsche et Bentley.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business