BFM Business

Grève du 5 décembre: comment bien s’équiper pour rouler à vélo

-

- - FRED DUFOUR / AFP

Alors que les trams, métros et RER se font très rares en Ile-de-France, tout comme les TER partout en France, de plus en plus d'usagers des transports en commun choisissent vélo. Voici quelques conseils pour être bien équipés à vélo.

Vous avez peut-être choisi d’aller travailler à vélo, pour pallier la grève de la RATP et de la SNCF. Si vous avez acquis une bicyclette ou un vélo électrique, êtes-vous bien équipés pour ce nouveau mode de transports début décembre début décembre? Et surtout avec une forte probabilité de vous déplacer de nuit ?

>Indispensables lumières

"S’il ne fait retenir qu’un accessoire, indispensable, ce sont les lumières, nous explique Jérôme Sorrel, auteur de Vélotaf, guide du vélo urbain. Il en faut une à l’avant, blanche, une autre à l’arrière, rouge, et surtout, faites-bien attention à ce qu’elles soient bien visibles. Pas de manteau qui la cache à l’arrière, ou de sac à l’avant".

En plus de ces lumières indispensables, surtout en hiver, pensez aux badges réfléchissants à coller sur le sac, les vêtements. Des bandes réfléchissantes sont également une bonne manière d’être vu, pour un petit prix: 3 euros pour un brassard de visibilité, 5 euros pour un bandeau de visibilité à mettre sur son sac.

>Le casque, pas obligatoire, mais conseillé

Autre équipement plus controversé: le casque. Ce dernier n’est pas obligatoire, recommandé par les organismes de sécurité routière, mais jugé non indispensable par de nombreux utilisateurs au quotidien du vélo.

"C’est une question de culture, poursuit Jérôme Sorrel. Ce n’est pas nécessaire d’en avoir un, mais si on est plus à l’aise avec, même si on a un casque de ski à la maison, alors n’hésitez pas à en porter un".

>Des gants, accessoire plus que recommandé

Côté vêtements, tous les vélotafeurs que nous avons consultés recommandent les gants. Pour lutter contre le froid, mais aussi pour protéger ses mains en cas de chute. Contre le froid, privilégiez les vêtements chauds, "les grosses chaussettes" notamment, nous confie une vélotafeuse, mais aussi le tour de cou, pour éviter que le vent ne s’infiltre dans vos vêtements.

>Et s'il pleut?

Certains investissent dans des vêtements de pluie, notamment des sur-pantalons ou des capes de pluie pour cyclistes. Mais là encore, à part si vous vous sentez plus à l’aise, n’investissez pas forcément des sommes folles dans des vêtements spéciaux. Le site vélo-cyclisme conseille par exemple d’avoir deux tenues, dont un manteau imperméable pour le trajet, et de se changer en arrivant au travail. Cela peut être une solution temporaire pour le 5 décembre et les jours suivants.

Un papier de la revue La Météorologie a étudié les trajets en vélo et la pluviométrie dans 16 villes de France, à partir des relevés météo. Résultat: la probabilité pour les cyclistes du quotidien de rouler sous la pluie n’est pas si fréquente. Ainsi, à Brest (Finistère), seuls 16% des trajets annuels d’un vélotafeur sont réalisés sous la pluie. Ce ne sont que 10 trajets à Marignane (Bouches-du-Rhône).

Pauline Ducamp