BFM Auto

Fin d’Autolib': quelles alternatives?

Autolib' ferme définitivement ce mardi soir.

Autolib' ferme définitivement ce mardi soir. - JOEL SAGET / AFP

Le service d’autopartage pourrait s’arrêter dès aujourd’hui. Co-voiturage domicile-travail, scooter électrique, free-floating, quelles solutions adopter à la place d’Autolib'?

Les heures d’Autolib' sont comptées. Les 4.000 BlueCar à disposition à Paris et en petite couronne vont en effet disparaître progressivement de la capitale. Les utilisateurs ne pourront en effet plus du tout utiliser le service mis en place par le Groupe Bolloré dès le 31 juillet. Quelles alternatives pouvez-vous dès à présent utiliser?

Plusieurs sociétés d’autopartage déjà en service

Il n’existe pas aujourd’hui de service équivalent à Autolib'. Mais plusieurs autres concurrents sont déjà en service dans Paris. Communauto, Ubeeqo, Zipcar, ou encore Renault Mobility proposent 600 voitures en libre-service (contre 4.000 pour Autolib'). Oubliez cependant la conduite électrique, ces services proposent des modèles thermiques: Toyota Yaris hybride pour Communauto, ou Renault Twingo ou Volkswagen Touran pour Ubeeqo.

Comme avec Autolib', deux formules existent, avec ou sans abonnement. Les tarifs varient ensuite selon le véhicule utilisé, le nombre de kilomètres, la location en semaine ou le week-end. Communauto propose par exemple des tarifs longue distance. Les flottes de véhicules ne sont pas électriques, vous devez faire le plein. Chez Communauto par exemple, vous ne payez pas, une carte Total permet de remplir le réservoir. Mais c’est vous qui devez aller à la station-service. Par ailleurs, contrairement à Autolib', ces services demandent de ramener la voiture là où on l'a prise.

Le covoiturage domicile-travail

Autre solution, en particulier si vous utilisiez Autolib' pour vous rendre au travail: le covoiturage. Less, Karos, OuiHop, les applications ne manquent pas. Certaines proposent ainsi leurs services via une inscription directement au sein des entreprises. Renault ou Crédit Agricole travaillent par exemple avec Klaxit.

Point intéressant: ces applications proposent souvent de payer ses trajets avec les cartes d’abonnement aux transports en commun. Par exemple, sur Karos, deux trajets par jour sont offerts si l’usager dispose d’un pass transports en commun Navigo. Reste juste à trouver des automobilistes qui réalisent le même trajet que vous.

Le scooter, la trottinette électrique, en autopartage

Ces nouveaux dispositifs d’auto-partage se sont développés dans la capitale depuis l'année dernière. COUP, CityScoot, pour les scooters électriques, et désormais Lime pour les trottinettes électriques sont géolocalisables via une application dédiée à chaque service. Si pour le temps de trajet, vous pouvez être gagnants, en particulier avec les scooters, les capacités de transport sont limitées. Par ailleurs, contrairement à Autolib', les trottinettes ne seront pas accessibles entre 21 heures et 5 heures du matin. Les prix sont également assez élevés: 15 centimes d’euro la minute pour les trottinettes Lime.

La colocation de voiture

Il existe par ailleurs des solutions plus originales, mais qui demande un peu plus d’investissement. Il s’agit de la "carlocation". Nissan propose ainsi sur la Micra d’acheter la voiture à plusieurs. Résultat: chaque "carlocataire" paye une somme mensuelle, dégressive plus le nombre de carlocataire est élevé. A 5 personnes, le coût de la location revient à 69 euros par mois (hors parking, assurance et essence). Les propriétaires se répartissent ensuite l’utilisation du véhicule selon leurs plannings.

Pauline Ducamp