BFM Business

Essai - Renault Koleos: le 4X4 le plus asiatique du marché français

Cette nouvelle génération du Koleos, avec ses 4,67 mètres, se frotte au segment des SUVs familiaux.

Cette nouvelle génération du Koleos, avec ses 4,67 mètres, se frotte au segment des SUVs familiaux. - Antonin Moriscot - BFM Business

Après deux ans d'absence, le Koleos réintègre la gamme du Losange. Pour la seconde génération de ce 4X4 familial, Renault ne s'est pas contenté de rebadger un véhicule vendu par une autre marque du groupe. Le véhicule est inédit... même s'il cache nombre d'éléments empruntés à son cousin japonais, le Nissan X-Trail.

Enfin! Renault a renouvelé toute sa gamme. L'arrivée dans les concessions françaises du Koleos 2 (déjà commercialisé en Australie, en Amérique du Sud et en Asie) marque la fin du travail entrepris par le patron du design Laurens van den Acker pour assurer la cohérence stylistique des modèles Renault, relancer la marque et l'imposer sur de nouveaux segments. Comme celui tant convoité des SUV.

Dans la gamme Renault, il y a désormais même plus de 4X4 que de berlines! Que ceux qui ont du mal à suivre sortent leur double-décimètre pour comprendre. L'offre du constructeur est composée d'un crossover tous les 20 centimètres environ. Captur (4,16 mètres), Kadjar (4,45 mètres), Koleos (4,67 mètres), Espace (4,85), Alaskan (5,32 mètres).

Captur, Kadjar, Koleos ... Dans l'actuelle gamme Renault, il y a des SUV pour tous les 20 cm.
Captur, Kadjar, Koleos ... Dans l'actuelle gamme Renault, il y a des SUV pour tous les 20 cm. © Renault Communication

Mais pourquoi... le Renault Koleos ?

Positionné sur le segment D (celui des familiales), le dernier-né de la gamme Renault, "au design athlétique et au confort raffiné", a la lourde tâche d'incarner -aux côtés de la berline Talisman, de sa déclinaison break Talisman Estate et de l'Espace- les ambitions "haut de gamme" du Losange.

Partageant sa plateforme technique et son intérieur (volant, combiné d'instrumentation, ensemble multimédia) avec ces modèles, le Koleos 2 reçoit également de la griffe Initiale Paris. Réservée au marché européen, cette finition plus exclusive symbolise le luxe à la française. Elle se dote d'appuis-tête avant plus larges, d'une sellerie cuir Nappa, de sièges chauffants et ventilés, d'une planche de bord partiellement garnie de cuir et d'une présentation extérieure plus léchée avec des teintes exclusives et des jantes de 19 pouces.

Alors que Renault affiche de grandes ambitions pour ce véhicule mondial (vendu dans 80 pays) il est étonnant de voir que le constructeur ait reconduit le patronyme Koleos. Objet d'une polémique en raison de son étymologie (Koleos se traduisant par "vagin" en grec ancien), ce nom est accolé, dans la mémoire collective, aux piètres performances de la première génération. Commercialisée entre 2008 et 2015, la première génération du 4X4 (un Samsung QM3 rebadgé Renault, rappelons-le) a séduit environ 400.000 clients dans le monde. Mais en France, seuls 38.500 exemplaires ont trouvé preneur. "Le premier Koleos n'a pas été un échec, mais pas le produit qui a le plus fonctionné non plus" reconnaît-on chez le Losange.

Les deux générations de Koleos
Les deux générations de Koleos © Montage BFM Business

Mais pourquoi donc avoir gardé ce nom? "Lorsqu'il y a un handicap d'image, on change le nom du produit (la berline Laguna s'est transformée en Talisman). Dans le cas de Koleos, le problème est différent. Il s'agit plutôt d'un manque de notoriété. Ou d'une notoriété qui n'a pas réussi à s'installer", glisse l'ex-Régie qui compte sur cette deuxième génération pour faire rayonner ce patronyme. 

En réalité, un changement de nom aurait été un problème de coût. Trouver une nouvelle appellation et l'installer dans le paysage automobile coûte "plusieurs dizaines de millions d'euros".

Au volant

Du bon et du moins bon. Telle est l'impression que laisse le nouveau Koleos à son volant. Sans être particulièrement à la peine, le 1.6 dCi 130 chevaux semble un peu juste pour l'engin, plutôt lourd (1.615 kg à vide) Pire, il fatigue. Son niveau sonore étonnement élevé et sa boîte de vitesse accrocheuse agacent et rendent les longs trajets pénibles. Heureusement, il boit peu. Renault annonce 4,6 L/100km. Nous avons relevé 6,1 L/100km au cours de notre essai sur les routes finlandaises. 

Le bloc 2.0 dCi 175 chevaux du Renault Koleos
Le bloc 2.0 dCi 175 chevaux du Renault Koleos © Antonin Moriscot - BFM Business / Top Gear

Le meilleur compris se trouve donc du côté du 2.0 dCi 175 chevaux. Une puissance supplémentaire qui apporte un peu plus de douceur. Testé avec la boîte X-Tronic (empruntée là-aussi à Nissan), notre Koleos était particulièrement plaisant à conduire et surtout... beaucoup plus silencieux !

"LE" truc en plus : sa transmission intégrale 

Le nouveau Renault Koleos n'est pas qu'un énième SUV. Il s'inscrit dans la tradition du constructeur au losange de toujours proposer, au sein de sa gamme, un modèle doté d'une transmission intégrale, comme le rappelle le diaporama ci-dessous.

Renault ayant allègrement puisé dans la banque d'organe de l'Alliance Renault-Nissan pour donner vie au Koleos de seconde génération, ce dernier hérite (selon les versions) de la transmission intégrale All-Mode 4x4i. Grâce à un bouton situé à gauche du volant, le conducteur peut choisir quel mode utiliser : 2WD (traction), Auto (répartition du couple automatique), Lock (différentiel bloqué, 50 % roues avant / 50 % roues arrières).

Le Renault Koleos dispose d'une transmission intégrale.
Le Renault Koleos dispose d'une transmission intégrale. © A. Bernier - Renault Communication

Ce système, combiné à sa garde au sol surélevée confère à cette seconde génération de Koleos des aptitudes de tout-chemin qui raviront les montagnards. Bémol toutefois, cette transmission intégrale n'est disponible qu'avec le bloc diesel de 175 chevaux. Ce qui fait grimper le prix du premier Koleos 4X4 (2.0 dCi Energy 175ch BVM6 Zen) à 36.900 euros.

"LE" chiffre: 5

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le nouveau Koleos, concurrent des Nissan X-Trail, Skoda Kodiaq, Peugeot 5008, Volkswagen Tiguan Allspace, Volvo XC60... ne peut accueillir que cinq personnes à son bord, quand les autres embarquent une troisième rangée de sièges. Un choix parfaitement assumé par Renault, alors qu'il est "techniquement faisable (d'ajouter deux sièges) puisque le Koleos repose sur la plateforme du Nissan X-Trail", qui lui propose 7 places. Mais la marque n'entendait pas faire du Koleos une sorte de "Grand Kadjar" capable de transporter les familles nombreuses. D'autant que celles-ci "ont déjà le choix entre le Grand Scénic et l'Espace".

L'absence de sièges escamotables dans le coffre du Koleos profite donc à son habitabilité. La place disponible au deuxième rang est particulièrement généreuse, voire inhabituelle, puisque trois adultes peut y prendre place sans peine. Encore une fois, il ne s'agit pas d'un hasard: le véhicule sera essentiellement commercialisé sur les marchés asiatiques, où la principale préoccupation des clients est l'espace offert à l'arrière.

Nos modèles d'essai : Renault Koleos 1.6 dCi Energy 130ch BVM6 Intens à 35.600 euros ET Renault Koleos 2.0 dCi Energy 175ch X-Tronic Initiale Paris à 41.400 euros. 

Antonin Moriscot