BFM Auto

Essai - Kia Niro, le SUV responsable

Récemment arrivé sur le marché, le Kia Niro est disponible en motorisation hybride et hybride rechargeable.

Récemment arrivé sur le marché, le Kia Niro est disponible en motorisation hybride et hybride rechargeable. - Kia

Réputé pour sa garantie de 7 ans, le constructeur coréen Kia mise désormais sur des modèles au design plus travaillé et surtout, sur des motorisations plus respectueuses de l'environnement. En témoigne son dernier SUV, le Niro, disponible en version hybride et hybride rechargeable.

N'en déplaise aux plus écolos, la chasse aux émissions polluantes et aux consommations menée ces dernières années dans l'automobile n'a pas eu la peau des 4x4. Qu'ils soient des villes ou des champs, ces engins -aux capacités de franchissement de plus en plus limitées- existent désormais en version plus écolo-friendly.

Si certains constructeurs se contentent d'adapter leurs produits aux motorisations dites "propres" (généralement des blocs hybrides), comme Audi avec son Q7 e-tron ou encore Volvo avec le XC90 hybride, d'autres font le choix de donner une robe à leur motorisation. C'est justement le cas de Kia avec son Niro. Alors qu'il partage nombre d'éléments avec la Hyundai Ioniq, ce véhicule haut perché dispose d'une carrosserie -consensuelle- plus désirable que celle de sa cousine.

Mais pourquoi... le Kia Niro ?

Le Kia Niro est au constructeur coréen ce que fut la première génération de Nissan Qashquai au constructeur nippon. Un (petit) ovni. Comme le Qashquai à l'époque, le Kia Niro dispose de tous les codes du parfait petit 4x4 (garde au sol surélevée, sabots avant et arrière, élargisseurs d'ailes en plastique...), mais hérite du tempérament et du confort d'une berline.

En outre, jusqu'à l'arrivée du Toyota CH-R en concessions, le Kia Niro était également le seul crossover du marché exclusivement disponible avec une motorisation hybride (lire plus bas "LE" truc en plus).

Sous son capot reposent en effet un 1,6 litre essence développant 105 chevaux associé à un bloc électrique de 44 chevaux délivrant une puissance cumulée de 141 chevaux. Une "bicarburation" permettant de faire tomber, selon Kia, les consommations à 3,8 litres/100km en cycle mixte (5,5 l/100 relevés au cours de notre essai) et les rejets de CO2 à 88 g/km. 

Avec une consommation annoncée de 3,8 litres/100 km, le Kia Niro évite les passages fréquents à la pompe.
Avec une consommation annoncée de 3,8 litres/100 km, le Kia Niro évite les passages fréquents à la pompe. © Antonin Moriscot - BFM Business

Au volant

Qu'on se le dise tout de suite, malgré ses 141 chevaux (au cumulé) et ses deux moteurs, le Kia Niro n'est pas un foudre de guerre.

Très agréable et souple en ville, grâce à l'aide apportée par son moteur électrique, et sur autoroute à allure stabilisée, lorsque les deux blocs fonctionnent ensemble, le SUV ne se distingue par particulièrement hors agglomération. La faute à son poids relativement élevée (1.500 kg à vide) et à un cruel manque de dynamisme. Les adeptes d'une conduite coulée y trouveront leur compte, les "pilotes" recherchant une certaine sportivité (ou l'illusion de telles sensations) iront chez la concurrence. 

L'intérieur du Kia Niro dégage une impression de sérieux.
L'intérieur du Kia Niro dégage une impression de sérieux. © Kia

Avaler les kilomètres ne fait cependant pas peur à ce véhicule, comme l'a montré notre essai qui nous a mené de la banlieue lyonnaise jusqu'à Monaco. La discrétion du moteur, bien desservi par une boîte automatique à double embrayage et six rapports, permettant de parcourir de longs trajets à son bord en toute quiétude. À moins que ce ne soit la sono JBL et ses 8 haut-parleurs livrée en série sur le haut de gamme qui ne camouflent le bruit de l'engin...

Comme à l'accoutumée chez Kia, la dotation de série est généreuse, tant en équipements de conforts qu'en éléments de sécurité (7 airbags). En finition Premium (la plus haute), l'offre est pléthorique: système de surveillance des angles morts, système de détection de trafic arrière, freinage d'urgence autonome, régulateur de vitesse adaptatif, GPS à écran tactile, climatisation automatique bi-zone... Rares sont les concurrents qui en offrent autant. 

"LE" truc en plus: sa motorisation hybride rechargeable

Un véhicule hybride c'est bien. Un véhicule hybride rechargeable (PHEV) c'est (souvent) mieux. Les ingénieurs de Kia l'ont bien compris. Aussi le Niro est disponible avec les deux types de motorisation, le second offrant la possibilité de bénéficier du bonus écologique.

En outre, avec un véhicule doté d'un motorisation hybride rechargeable, finie la panne sèche. Si par malheur votre réservoir d'essence est vide, vous pouvez roulez sur une cinquantaine de kilomètres en 100% électrique. À condition d'avoir le pied léger. Inversement, si vos batteries sont vides et que vous n'avez pas pu les recharger en roulant, vous pouvez brancher votre véhicule sur une simple prise électrique (ou une borne de rechargement pour gagner du temps).

Sous le capot du Niro se trouvent deux moteurs. Un bloc essence associé à un bloc électriques. Les batteries sont, elles, logées sous la banquette et le plancher du coffre.
Sous le capot du Niro se trouvent deux moteurs. Un bloc essence associé à un bloc électriques. Les batteries sont, elles, logées sous la banquette et le plancher du coffre. © Antonin Moriscot - BFM Business

"LE" chiffre: 7

Comme tous les véhicules Kia depuis 2006 et l'apparition de la première génération de la Cee'd, la berline compacte de la marque, le Niro bénéficie de 7 ans de garantie (ou 150.000 kilomètres).

Cette protection, transférable au nouveau propriétaire en cas de revente de l'auto, couvre bien entendu la mécanique, la carrosserie, les équipements électroniques mais surtout la batterie lithium-ion-polymère. En clair, le système hybride, et ce qu'il s'agisse de la version rechargeable ou non. De quoi rassurer les éventuels clients hésitants quant aux vieillissement de ce composant chimique. Sur ce modèle, Kia offre également pendant 7 ans, la mise à jour de la cartographie du GPS.

Notre modèle d'essai: Kia Niro 1.6 GDI hybride (141ch cumulés) DCT6 Premium à 32.900 euros

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV