BFM Business

Essai - Ford Puma ST, le petit SUV muscle son jeu

Pas facile de sortir une voiture "sportive" en 2021 avec un malus CO2 durci. Ford parvient toutefois à faire une proposition intéressante en affublant son nouveau best-seller en France, le petit SUV Puma, d'une version ST avec 200 chevaux sous le capot.

C'est une année forcément particulière pour tous les constructeurs automobiles. Mais malgré un exercice fortement perturbé par la crise sanitaire, le Ford Puma a réussi son objectif affiché à son lancement: doubler la Fiesta pour devenir le best-seller de la marque américaine en France. Pas mal pour sa première année de commercialisation et logique vu le succès actuel des SUV, en particulier avec ce modèle compact plutôt réussi.

Ces résultats encourageants méritaient bien une récompense. Le Puma rejoint ainsi la famille sportive chez Ford, la gamme "ST". Après la Fiesta et la Focus, c'est le troisième modèle à recevoir ce badge.

Le Ford Puma ST arbore un ébouriffant "vert mean"
Le Ford Puma ST arbore un ébouriffant "vert mean" © JB

Le point fort: haut en couleur et fun à conduire

Avec son vert "mean" ("méchant" en anglais), teinte exclusive à ce Puma ST, le petit SUV ne passe pas inaperçu. Il reçoit également quelques petits détails esthétiques évoquant sa sportivité: une lame à l'avant avec l'inscription "Ford Performance", des jantes de 19 pouces, des étriers de frein rouge, un petit becquet à l'arrière et deux sorties d'échappement.

Sous le capot de ce Puma, on retrouve le moteur déjà utilisé sur la Fiesta ST: le bloc 1,5 litre, un simple "3 cylindres" mais qui nous avait fait très bonne impression sur la version survitaminée de la citadine. Il offre toujours une puissance de 200 chevaux et un couple un peu plus élevé que sur la Fiesta ST, à 320 Nm. Il est associé à une boite mécanique à 6 rapports.

Les sièges baquets Recaro ajoutent un côté sportif appréciable à l'intérieur.
Les sièges baquets Recaro ajoutent un côté sportif appréciable à l'intérieur. © JB

A l'intérieur, on profite de sièges baquets Recaro, parfaits pour être bien maintenu en conduite dynamique. Ils sont proposés de série sur ce ST tout comme le pédalier en aluminium. A noter aussi le volant à méplat avec son bouton "S" pour accéder rapidement au mode sport, ou rebasculer en mode normal.

Notre version d'essai disposait en complément du différentiel à glissement limité mécanique, qui améliore le comportement dans les virages. Il est inclus dans le pack performance à 1100 euros.

Sur la route, on retrouve bien un gain de puissance et un tempérament plus sportif qu'un Puma "classique", notamment avec des suspensions et des freins spécifiques à cette version. L'autre gros plus c'est cette petite sonorité appréciable, d'autant plus en mode sport. Mais en mode éco, ce Puma sauvage sait se faire plus sage, réduisant le bruit et la consommation, ce qui peut être utile au quotidien.

Le point noir: quel marché?

C'est un des arguments de Ford pour justifier le lancement de cette version ST: il n'existe actuellement pas de réel concurrent. Les Peugeot 2008 ou le Renault Captur ne prévoient pas par exemple pour le moment de version "sport". Il faut alors se tourner vers des modèles allemands, comme le Volkswagen T-Roc-R ou l'Audi SQ2, mais à près de 50.000 euros, soit bien plus cher que ce que propose le Puma ST.

A l'arrière, la double sortie d'échappement et le becquet contribuent à son look sportif.
A l'arrière, la double sortie d'échappement et le becquet contribuent à son look sportif. © JB

Reste à savoir quel public sera attiré par un petit SUV sportif? Ce n'est peut-être pas pour rien si ce Puma ST n'avait pas vraiment de concurrent. Dans un contexte de politiques antipollution de plus en plus contraignantes, il a tout de même le mérite de s'imposer comme une proposition intéressante et sans doute une des dernières en "100% thermique". Il pourrait ainsi séduire des personnes à la recherche d'un véhicule plus polyvalent et habitable qu'une Fiesta ST.

A quel prix?

Plaisant à conduire et conservant les qualités pratique du petit SUV sorti en début d'année, ce Puma ST nous a fait globalement bonne impression. Il devient la finition la plus chère proposée sur ce modèle, avec un prix de départ à 33.850 euros. Et un malus limité à 983 euros l'an prochain avec ses 155 grammes de CO2 par kilomètre. Avec le pack performance (1100 euros) et le "vert mean" (1250 euros), la facture totale atteint 37.183 euros sur notre modèle d'essai.

Difficile d'imaginer toutefois des volumes de ventes très importants. Mais ce n'est pas forcément le but et ce côté exclusif renforce aussi le capital sympathie du Puma.

Julien Bonnet, avec Théo Gabilloux