BFM Auto

Essai - Clio et Captur E-Tech: Renault fait son grand saut dans l'hybride

Renault complète son offre électrifiée avec ses premiers modèles hybrides. Découverte au volant de la Clio hybride non-rechargeable (E-Tech) et du Captur hybride rechargeable (E-Tech Plug-in).

Renault ne mise plus (uniquement) sur le 100% électrique. En complément de sa gamme Z.E. (pour zéro émission) avec la Zoé ou le Kangoo, la marque au losange dégaine ses premiers modèles hybrides siglés E-Tech dans un timing quasi-parfait.

Le plan de soutien à l'automobile vient en effet de booster les aides à l'achat, en ajoutant notamment un bonus de 2000 euros pour les voitures hybrides rechargeables disposant d'au moins 50 km d'autonomie annoncée et à moins de 50.000 euros.

Un coup de pouce financier qui a dopé les ventes d'hybrides en juin... et qui concerne en particulier le Captur "E-Tech Plug-In", un des premiers modèles de Renault à recevoir cette motorisation et que nous avons pu découvrir le temps d'un essai couplé avec la Clio hybride non-rechargeable.

Le bon point: hybride rechargeable... ou non

Sans trop rentrer dans les détails techniques de cette motorisation E-Tech, voici ce qu'il faut retenir. Qu'on choisisse de l'hybride rechargeable ("E-Tech Plug-in") ou de l'hybride non rechargeable ("E-Tech" tout court), on dispose du même groupe motopropulseur, associant un moteur thermique (essence 1.6L, 4 cylindres atmosphérique) et un moteur électrique. Ces deux moteurs peuvent fonctionner individuellement ou de concert avec une originalité: une boite à crabots, qui fonctionne sans synchroniseur ni embrayage. Une technologie utilisée dans le sport automobile, en rallye ou en Formule 1 et déclinée pour la première fois sur des modèles de série modernes.

"Il y a moins de frictions et donc moins de pertes d'énergie que les boites de vitesse qui existent sur le marché et c'est ce qui va nous permettre de rouler le plus souvent en électrique", explique Grégoire Ginet, directeur marketing motorisation chez Renault.

C'est la taille de la batterie qui va en réalité varier: un petit bloc 1,2 kWh pour notre Clio E-Tech (donnant au groupe motopropulseur une puissance cumulée de 140 chevaux et une autonomie 100% électrique limitée à quelques kilomètres) et un bloc plus important de 9,8 kWh (160 chevaux et 50 kilomètres d'autonomie 100% électrique).

Sur l'écran des compteurs, des jauges permettent d'optimiser sa consommation.
Sur l'écran des compteurs, des jauges permettent d'optimiser sa consommation. © BFMTV

Sur la Clio E-Tech, on vise donc plutôt une réduction de consommation, Renault évoque une baisse de 40% en ville par rapport à une Clio thermique de puissance équivalente. On peut tout de même forcer un mode 100% électrique grâce à un bouton "EV" mais sur quelques kilomètres seulement et jusqu'à 70 km/h maximum. Au-delà de la consommation réduite, cette Clio E-Tech gagne aussi en confort, avec un bon agrément de conduite lié notamment au démarrage effectué toujours en électrique.

Sur le Captur E-Tech Plug-In, on peut forcer beaucoup plus le mode 100% électrique, avec également un mode permettant de maintenir l'autonomie voire de recharger la batterie. Pratique si on veut anticiper une arrivée en ville et se garantir la possibilité de rouler en zéro émission sur plusieurs dizaines de kilomètres. Le Captur de deuxième génération, déjà en net progrès par rapport au premier, gagne ainsi en confort de conduite et en polyvalence.

Trois modes permettent d'opter pour une conduite 100% électrique (Pure), de tirer le meilleur du moteur hybride (Sport) ou de rouler selon ses paramètres personnalisés (My Sense).
Trois modes permettent d'opter pour une conduite 100% électrique (Pure), de tirer le meilleur du moteur hybride (Sport) ou de rouler selon ses paramètres personnalisés (My Sense). © BFMTV

Sur autoroute, où la batterie déchargée peut vite se transformer en surpoids inutile, Renault met en avant une consommation moindre que ses équivalents thermiques. Le moteur électrique principal est déconnecté mais un deuxième moteur peut soulager le moteur essence lors d'une accélération mais aussi recharger la batterie, ce qui au final optimise le rendement. Prometteur sur le papier mais à vérifier lors d'un trajet longue distance.

Le point noir: encore un peu trop cher?

Reste la question du prix. La Clio E-Tech démarre à 22.600 euros, ce qui peut sembler cher pour ce modèle qui démarre à 14.100 euros. Surtout que son moteur hybride non-rechargeable ne donne pas droit au bonus de 2000 euros mais tout de même à la prime à la conversion (selon ses conditions de revenus). Mais difficile de comparer avec la Clio d'entrée de gamme, avec un petit moteur essence de 65 chevaux.

Pour connaître le surcoût, il vaut mieux comparer notre modèle d'essai en version de lancement Premiere Edition (une finition haut de gamme Intens avec de nombreuses options en plus) à 26.200 euros, avec la Clio TCe 130 (disponible uniquement en finition Intens) qui démarre à 24.000 euros. Avec 10 chevaux en plus sur notre E-Tech 140, l'agrément de conduite du système hybride et le gain de consommation, le surcoût de 1100 euros (la Clio E-Tech démarre à 25.100 euros en finition Intens) paraît plutôt logique et justifié.

La Clio hybride dans sa finition de lancement
La Clio hybride dans sa finition de lancement © JB

C'est sans doute un peu moins le cas avec le Captur, même si la technologie hybride rechargeable avec sa batterie plus importante se révèle souvent onéreuse parmi les modèles le proposant chez les concurrents. En finition Intens, le TCe (moteur essence) 155 chevaux démarre à 28.000 euros, contre 33.700 euros pour le E-Tech Plug-in 160. Un écart de 5700 euros, réduit à 3700 euros avec le bonus écologique.

A voir si le pari de Renault sera gagnant. Le concurrent direct du Captur, le Peugeot 2008 a lui opté pour une motorisation 100% électrique, le e-2008, vendu à partir de 37.850 euros. A noter aussi un outsider offrant une autre technologie, "l'hybride léger", le Ford Puma, plus abordable (car beaucoup moins électrique) avec des prix qui démarrent à 23.000 euros environ.

Julien Bonnet, avec Chloé Baïze