BFM Business

Coronavirus: un fonds de solidarité pour les chauffeurs VTC de Heetch

-

- - Image d'illustration

La plateforme de VTC française Heetch met en place cette semaine un fonds de solidarité pour aider ses chauffeurs les plus réguliers durant la période de confinement.

Heetch veut aider ses chauffeurs. La plateforme de VTC française lance cette semaine un fonds de solidarité qu'il espère pouvoir abonder à hauteur de 500.000 euros. Heetch alimentera ce fonds, renonçant au passage à ses 15% de commission sur chaque course pour les mettre en commun. Objectif: reverser fin avril "une aide financière directe de 200 euros pour les 1000 chauffeurs les plus actifs lors des six derniers mois", précise la start-up dans un communiqué.

"Les chauffeurs sont des indépendants, ils font partis des populations les plus fragiles, explique Teddy Pellerin, fondateur de Heetch. Nous pouvons ici les aider un peu à passer cette période difficile, apporter un soutien moral".

Une autre prime à la sortie de crise

Avant la crise, sur un mois classique, Heetch travaille en moyenne avec 15.000 chauffeurs dans toute la France. Tous ne toucheront donc pas une aide. Mais avec les 3000 chauffeurs supplémentaires à qui Heetch offrira également 100 euros pour s’équiper d’un "kit sanitaire" (protection plastique entre l’habitacle passager et chauffeur, gel hydro-alcoolique, film plastique collé sur les pièces métalliques de la voiture) à la sortie de la crise, Teddy Pellerin espère aider "10% du parc" de chauffeurs VTC en France.

"C’est louable, c’est un geste correct, souligne François Donnatille, président de la Fédération Française des Exploitants VTC. C’est un geste de fidélisation des chauffeurs, et par là aussi des clients. Chaque plateforme a sa politique".

L'approche semble inédite, soulignant le positionnement un peu à part de la plateforme de VTC depuis son lancement en 2013. Heetch est pour l’instant la seule plateforme à apporter une aide financière directe à ses chauffeurs partenaires, à qui elle déconseille par ailleurs de conduire, face à cette crise sanitaire inédite.

D’autres compagnies leur apportent aussi un soutien, mais surtout pour les aider dans l’information et la demande d’aides annoncées par le gouvernement. Un porte-parole de Kapten nous explique ainsi que chaque semaine, le service relations partenaires a renseigné plus de 300 chauffeurs pour effectuer des demandes d’aides financières. Kapten a également noué un partenariat avec Qare, une plateforme de téléconsultation médicale. Ses chauffeurs peuvent ainsi consulter gratuitement un médecin.

Le leader du marché Uber donne également des informations sur les différents dispositifs d’aides, via une page dédiée sur son site internet où les chauffeurs retrouvent les liens directs pour effectuer leurs demandes.

Les chauffeurs ne devraient toucher que peu d'aides en mars

"Le problème, c’est que les chauffeurs sont indépendants. Pour toucher l’aide de 1500 euros sur le mois de mars, il faut justifier d’une perte de chiffres d’affaires de 70% par rapport à l’an dernier. Peu de chauffeurs vont la toucher car nous avons tous travaillé en début de mois", résume François Donnadille.

Bruno Le Maire a annoncé que le seuil de déclenchement de cette aide aux indépendants passera à 50% en avril, ce qui devrait permettre d’aider les chauffeurs. "Entre la location des voitures, les assurances, les charges, les frais sont importants pour eux", poursuit Teddy Pellerin.

Déjà fortement ralentie depuis février, l’activité des VTC s’est effondrée depuis le début du confinement. Heetch explique avoir une activité équivalente à 20% d’une semaine classique avec un quart seulement des chauffeurs sur le terrain.

Pauline Ducamp