BFM Auto

Bientôt une procédure plus simple pour faire sa carte grise?

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, veut simplifier la procédure pour obtenir sa carte grise.

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, veut simplifier la procédure pour obtenir sa carte grise. - Patrick KOVARIK / AFP

C’est ce qu’a évoqué le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, suite au bug géant qui perturbe la délivrance des cartes grises depuis début novembre.

Une procédure "simplifiée" pour faire sa carte grise, c’est un projet auquel réfléchit le ministère de l’Intérieur. Devant la commission d'évaluation des politiques publiques de l’Assemblée Nationale ce mardi, Gérard Collomb a évoqué cette idée.

"Nous allons travailler, sur les cartes grises, à une simplification de ce qui est demandé à l'usager (...) de manière à rendre plus lisible, plus efficace, plus simple l'ensemble de ce qui est demandé", a précisé le ministre de l’Intérieur.

Des bugs à répétition

Cette simplification, c’est pourtant déjà ce que promettait le ministère avec la mise en place des ‘préfectures virtuelles’. Depuis début novembre, la délivrance des cartes grises ne se fait plus que par Internet. Mais très rapidement, le système a buggué, entraînant perte de données et retards de délivrance.

Fin novembre, 187.000 dossiers étaient en souffrance, avec un pic à mi-mars. 300.000 cartes grises étaient alors toujours bloquées. Conséquence de ces retards: le marché de l’occasion a baissé en France sur les six derniers mois.

200.000 dossiers encore en souffrance

Gérard Collomb n’a cependant pas expliqué comment la procédure pour obtenir une carte grise pourrait être simplifiée. Il a cependant donné quelques éléments sur la situation actuelle. Il a fait valoir que 3,5 millions de cartes grises ont été délivrées aux usagers depuis novembre 2017. 200.000 seraient toujours en souffrance, soit 9 jours d’activité, a souligné le ministre, avant de préciser: "Une partie de ces demandes sont des dossiers incomplets en attente de pièces que les usagers doivent fournir".

"Le problème des cartes grises existe toujours, tempère Vincent Hancart, président du site spécialisé dans la voiture d’occasion AutoScout24. Mais le marché va un peu mieux. Le mois dernier, sur le même nombre de jours ouvrés, le marché est en légère hausse par rapport à l’année précédente".

Certains propriétaires de véhicules ont porté plainte suite aux dysfonctionnements. L'Etat avait ainsi été condamné le à les indemniser. Les plaignants peuvent demander jusqu'à 1.500 euros.

Pauline Ducamp