BFM Auto

Autopartage: après Paris, Bolloré jette l'éponge à Lyon

"Je prends acte de la décision de M. (Vincent) Bolloré", a indiqué le nouveau président écologiste de la métropole Bruno Bernard, cité dans le communiqué.

"Je prends acte de la décision de M. (Vincent) Bolloré", a indiqué le nouveau président écologiste de la métropole Bruno Bernard, cité dans le communiqué. - Philippe DESMAZE

Une centaine de stations Bluely avaient été installées sur le territoire de la métropole et à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry.

Le groupe diversifié Bolloré va cesser d'exploiter son service d'autopartage de voitures électriques Bluely à compter du 31 août, a annoncé jeudi la métropole de Lyon qui dit rechercher "des solutions alternatives".

"Je prends acte de la décision de M. (Vincent) Bolloré", a indiqué le nouveau président écologiste de la métropole Bruno Bernard, cité dans le communiqué.

Les voiturettes Bolloré étaient présentes à Lyon depuis 2013. Le service était comparable au système Autolib exploité dans la capitale jusqu'en 2018.

Pas d'explication

Une centaine de stations Bluely avaient été installées sur le territoire de la métropole et à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry.

Bruno Bernard n'a pas précisé les raisons qui ont amené le groupe Bolloré à renoncer à ce service, alors que les nouvelles autorités écologistes en place à Lyon ont affiché leur intention de développer la mobilité électrique.

Bruno Bernard a indiqué souhaiter qu'un service comparable à celui de Bluely puisse reprendre "dans des délais acceptables", en se "basant sur l'existant". Il a dit être notamment en contact pour ce faire avec EasyVia (groupe EDF) et avec le gestionnaire lyonnais de parking LPA qui exploite déjà un service d'autopartage.

P.S. avec AFP