BFM Auto

80km/h: l'association 40 Millions d’automobilistes livre ses propres chiffres

Alors que le gouvernement n’a toujours publié officiellement aucun rapport complet sur l’expérimentation des 80km/h entre juillet 2015 et juin 2017, sur les RN7, RN57 et RN51, l'association 40 Millions d’automobilistes dévoile ce 13 février ses propres résultats.

Alors que le gouvernement n’a toujours publié officiellement aucun rapport complet sur l’expérimentation des 80km/h entre juillet 2015 et juin 2017, sur les RN7, RN57 et RN51, l'association 40 Millions d’automobilistes dévoile ce 13 février ses propres résultats. - AFP

L’association dévoile ce mardi une étude avec ses propres chiffres d’accidentologie sur les tronçons tests. Elle conteste ainsi ceux donnés par le gouvernement pour justifier le passage à 80km/h sur les routes départementales et nationales l'été prochain.

La bataille de chiffres autour des 80km/h se poursuit. Alors que le gouvernement n’a toujours publié officiellement aucun rapport complet concernant les résultats de l’expérimentation de la limitation de vitesse à 80km/h entre juillet 2015 et juin 2017, sur les RN7, RN57 et RN51, 40 Millions d’automobilistes dévoile ce mardi ses propres résultats.

Pas de réduction de la mortalité, selon l'association

En compilant les données des Bilans d’analyse des accidents corporels (BAAC) 2015 et 2016 du ministère de l’Intérieur, l’association conclut dans son étude que "l’accidentalité relevée révèle que la baisse de la limitation de vitesse n’a pas permis de réduire la mortalité routière sur les tronçons concernés au cours des 18 premiers mois de l’expérimentation".

40 Millions d’automobilistes recense ainsi une hausse de 10% du nombre de victimes sur les 18 premiers mois de tests (entre juillet 2015 et décembre 2016) sur les 86 kilomètres de route testés. Or, le 8 janvier, dans une lettre adressée aux sénateurs, le Premier ministre Edouard Philippe écrit que, de 27 accidents et six morts lorsque la vitesse était limitée à 90 km/h sur les 86 kilomètres de route étudiés, on est passé à 20 accidents et trois morts quand la vitesse avait été abaissée à 80 km/h.

Dans son bilan, dressé uniquement pour les 18 premiers mois de l'expérimentation, 40 Millions d’automobilistes note cependant une baisse du nombre de blessés hospitalisés (20 au lieu de 29 entre janvier 2014 et juin 2015), comme une baisse du nombre d’accidents (18 au lieu de 22). Le nombre de tués serait resté stable, avec trois victimes quand les routes étaient limitées à 90 km/h et ensuite, une fois la vitesse abaissée à 80 km/h.

Vitesse à 80km/h
Vitesse à 80km/h © 40 Millions Automobilistes

Une mesure en vigueur à l'été

Joint par téléphone, le ministère de l’Intérieur n’a pour l’instant pas souhaité faire de commentaire sur l’étude de 40 Millions d’automobilistes. Cette étude ne devrait pas être la seule sur le sujet, puisque les sénateurs ont annoncé le 24 janvier la mise en place d’un groupe comptant "acteurs institutionnels, experts et associations pour mieux évaluer l'efficacité et l'impact" du passage à 80km/h.

La semaine dernière, un rapport de l'expérimentation sur 86 kilomètres avait été publié sur le site du Cerema (Centre d’étude et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement). Il conclut que baisser la vitesse à 80km/h a "engendré une baisse moyenne des vitesses pratiquées pour tous les véhicules de 4,7 km/h", tous usagers confondus. Aucun chiffre d’accidentologie n’est en revanche communiqué dans ce rapport.

Le 9 janvier, lors d’une conférence de presse, le Premier ministre Edouard Philippe avait détaillé 18 mesures, dont la baisse de la vitesse à 80km/h sur 400.000 kilomètres de routes. Cette dernière doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain.

Pauline Ducamp