BFM Auto

80 km/h: les radars mis à jour avant les panneaux?

Un faux radar lors d'une manifestation d'opposants au 80 km/h

Un faux radar lors d'une manifestation d'opposants au 80 km/h - RMC

Environ 20.000 panneaux affichant la nouvelle limitation à 80 km/h sur les routes concernées doivent être prêts pour le jour-J. Problème: les élus ne se bousculeraient pas pour commander ces équipements alors que les radars risquent, eux, de bien être recalibrés en temps et en heure.

Le compte à rebours a commencé. Le 1er juillet marquera en effet le passage officiel des 400.000 kilomètres de routes départementales concernées par le passage à 80 km/h (les voies bidirectionnelles sans séparateur central). Principal défi logistique: remplacer les anciens panneaux à 90 km/h par les nouveaux... que les Français ne semblent pas attendre avec impatience, avec trois quarts qui restent opposés à la mesure selon un récent sondage.

Sur un total de 20.000 panneaux à changer sur l’ensemble du territoire, de nombreuses collectivités locales n’auraient toutefois pas encore pris les devants.

"Nous n’avons reçu pour l’instant que quelques centaines de commandes", alerte Aly Adham, patron de la société Isosign, spécialisée dans les panneaux de signalisation, et président du syndicat des équipements de la route (SER), cité dans Le Parisien. En désespoir de cause, certains élus lui auraient même demandé s’ils pouvaient "bricoler" les panneaux, avec un coup de peinture par exemple. Une solution exclue, les panneaux devant être certifiés pour être légaux, indique le SER.

"Cacher ce panneau que je ne saurais voir"

En cas de retard, il suffira toutefois aux élus de masquer les anciens panneaux à 90 km/h. En théorie, comme nous l’expliquait un représentant de la sécurité routière, les nouveaux panneaux devraient être installés en amont, cachés par un adhésif ou un sac plastique noir, puis dévoilés le jour-J.

Sauf que cela implique aussi de retirer les anciens panneaux à 90 km/h… ou de les cacher. En cas d’absence de fausse signalisation, l’automobiliste n’aura pas vraiment de recours. Nul n’est censé ignorer la loi, comme dit l’adage, et le gouvernement avait insisté sur le fait qu’il n’y aurait pas de période de tolérance.

Mystère autour du coût, pris en charge par l'Etat

Les radars, eux, devraient donc bien être recalibrés en temps et en heure. La sécurité routière martèle son discours sur la baisse attendue du nombre de morts et conteste le gain attendu par cette baisse de la limitation. D’après Auto Plus, la mesure rapporterait 335 millions d'euros par an avec les flashs plus réguliers des radars.

De quoi donc largement compenser le coût pour l'Etat, qui prend en charge le remplacement des panneaux. La facture totale reste d'ailleurs plutôt mystérieuse: à 80 euros le panneau et 20.000 à changer, on obtient un total de 1,6 million d'euros. Il faut bien sûr ajouter les frais d'installation et de retrait des anciens panneaux mais les estimations fournies varient énormément:

"C'est 2, 3 millions d'euros, et c'est pris en charge par l'Etat" avait indiqué en début d'année la ministre des Transports Elisabeth Borne lors du Grand Jury RTL, le Figaro, LCI. Cité dans Le Parisien cette semaine, Emmanuel Barbe, délégué inteministériel à la sécurité routière, évoque désormais un montant bien supérieur, "entre 6 et 12 millions d'euros", expliquant cette variation par des "coûts de pose différents suivant l’emplacement du panneau".

Julien Bonnet