BFM Tech

Pourquoi Apple tient tant à protéger votre vie privée

L'iPhone XS d'Apple

L'iPhone XS d'Apple - Apple

Le fabricant américain met à jour son site Web, apportant davantage de détails sur les mesures de protection des données personnelles de ses clients.

Alors que Facebook est empêtré dans le plus gros piratage de son histoire, Apple en remet une couche sur la protection de nos données personnelles. Sur son site, une nouvelle page dédiée à la confidentialité a fait son apparition il y a quelques heures. L’entreprise y vante la qualité de ses nombreux systèmes de protection. “Lorsque nous utilisons des données pour vous offrir de meilleures expériences, nous nous attachons à le faire de façon à ne pas porter atteinte à votre vie privée”, explique Apple.

Une solide avance sur la concurrence

A première vue, l’argument d’Apple ressemble à ceux de toutes les grandes entreprises destinées à manier nos données personnelles. Pourtant, le Californien dispose d’une place bien particulière, notamment sur le marché du smartphone. A la différence de tous les autres fabricants - Google mis à part, Apple est en charge de la partie matérielle comme de la partie logicielle. En matière de sécurité, c’est un atout considérable, notamment lorsqu’il s’agit de lier des fonctions à des composants précis.

Parmi les exemples cités, l’activation de Siri, qui nécessite un outil de reconnaissance vocale actif à tout moment. De quoi susciter les craintes d’une écoute permanente. Dans les iPhone, Apple intègre une puce uniquement dédiée à la reconnaissance de la phrase “Dis Siri”. Une fois celle-ci prononcée, un signal est envoyé vers le processeur principal, afin d’activer les composants qui enregistreront le reste du message. C’est également dans un processeur secondaire (baptisé Secure Enclave), inaccessible à Apple, que sont stockées les données permettant de déverrouiller un iPhone.

Le Pixel 3 de Google
Le Pixel 3 de Google © Google

Face à Apple, seul Google - qui développe le système d’exploitation Android - serait capable d’apporter un même niveau de protection, notamment sur ses propres smartphones, les Pixel 3 et Pixel 3 XL. Sur son blog, l’entreprise vient d’ailleurs d’évoquer l’intégration d’une puce baptisée Titan M dans ces deux modèles, dont le fonctionnement s’inspire de la Secure Enclave d’Apple. Mais pour le moment, l’immense majorité des mobiles Android ne bénéficient pas de ce type de puces, comme le rappellent nos confrères de 01net.com.

Données personnelles: des motivations différentes

Malgré les années d’expérience qui séparent Apple et Google dans la conception de smartphone, rien n’empêche ce dernier d’apporter, à terme, un aussi bon niveau de sécurité. Vient ensuite la question des données personnelles, face à laquelle Apple et Google ont une position bien différente.

D’après les chiffres publiés cet été, Apple a engrangé 53 milliards de dollars de chiffre d’affaires entre avril et juin 2018. Sur cette somme, près de 57% vient de la vente d’iPhone. Les revenus complémentaires sont liés aux autres produits (MacBook, iPad, Apple Watch) et aux services payants (iTunes Store, iCloud, Apple Music etc.). La publicité, qui n’a de valeur que par nos données personnelles - indispensables pour un bon ciblage sur le Web, ne fait donc pas partie des produits vendus par Apple. Chez Google, elle représente 86% des revenus annuels.

S’il paraît évident que les deux acteurs ont intérêt à sécuriser leurs produits et services, Google dépend de nos données personnelles pour vivre. De son côté, Apple n’a pour l’heure qu’un faible intérêt à collecter ces données, si ce n’est pour améliorer ses services.

Un timing idéal

Sur le marché mondial du smartphone, ces deux mastodontes sont eux-mêmes concurrencés par d’autres fabricants, majoritairement chinois - le sud-coréen Samsung mis à part. Malgré les tensions entre Tim Cook - PDG d’Apple - et Donald Trump, le président américain est un allié de choix pour la marque à la pomme. Depuis son élection, il ne cesse d’accuser d’espionnage les fabricants de smartphones chinois, à commencer par Huawei ou ZTE. Deux entreprises également dans le viseur des Européens.

Ces craintes sont une aubaine pour Apple: la marque est confrontée aux nombreuses innovations des fabricants asiatiques, qui multiplient les fonctions inédites (comme Huawei) ou cassent les prix (comme Xiaomi). La protection de nos données personnelles est un argument massue face à des firmes qui ne maîtrisent pas l’ensemble des logiciels qu’ils mettent à disposition de leurs clients, ou qui n’ont aucun intérêt à la mettre en œuvre. Facebook vient d’en donner un nouvel exemple avec sa tablette Portal, qui collectera les données des utilisateurs.

Chez Apple, la période est idéale pour mettre en avant une position avantageuse et des technologies déjà éprouvées, dont même les autorités américaines ont du mal à venir à bout. A ce titre, l’entreprise semble avoir fait sa part du travail pour protéger notre vie privée. Il lui reste à nous convaincre que cette protection mérite quelques dizaines d’euros de plus.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech