Tech&Co
Vie numérique

Internet Explorer: le navigateur de Microsoft victime d’une faille de sécurité critique

-

- - -

L’entreprise américaine a déployé en urgence une mise à jour de sécurité pour son navigateur Web, désormais obsolète, mais toujours utilisé par des millions d’internautes.

L’histoire d’amour entre Internet Explorer et les failles de sécurité se poursuit. Bien que l’entreprise ne mette plus à jour son navigateur, qu’elle déconseille elle-même d’utiliser, ses équipes ont déployé un correctif en urgence ce lundi 23 septembre, rapporte le site britannique The Register. En cause, une faille de sécurité majeure, mise en lumière par Clément Lecigne, spécialiste en cybersécurité chez Google.

Un navigateur à supprimer

“La vulnérabilité peut corrompre la mémoire (de la machine, ndlr) de telle façon qu’un pirate pourrait exécuter un code arbitraire dans l’environnement de l’utilisateur. Un individu ayant profité de la faille pourrait ainsi obtenir les mêmes droits que l’utilisateur, [...], installer des programmes, consulter, modifier ou supprimer des données” explique Microsoft sur son site.

En d’autres termes, cette faille de sécurité permet à un internaute malintentionné de prendre le contrôle total de l’ordinateur de la victime et d’y installer autant de programmes qu’ils le désire. La vulnérabilité est d’autant plus sensible que le simple fait de consulter un site Web en utilisant Internet Explorer suffit à corrompre son ordinateur. Un mail contenant un lien peut donc par exemple servir d’appât.

Les versions allant d’Internet Explorer 9 à 11 sont concernées. Les utilisateurs ayant le navigateur installé sur leur machine sont invités à le mettre à jour… ou à le supprimer.

Figurant parmi les navigateurs les plus utilisés dans les années 2000, Internet Explorer a été progressivement détrôné par Google Chrome - qui n’est pas non plus à l’abri des failles de sécurité. A l’heure actuelle, ce dernier est utilisé par près de deux tiers des internautes. Il est suivi par Safari, qui affiche 18% de parts de marché, puis Firefox (4,5%). Malgré son obsolescence, Internet Explorer reste plus utilisé que le navigateur Edge (2%), développé par Microsoft pour le remplacer.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech