BFM Business

Comment Claude Lelouch est tombé amoureux de l'iPhone pour réaliser ses films

Claude Lelouch et Tim Cook à Paris, le 22 octobre 2018

Claude Lelouch et Tim Cook à Paris, le 22 octobre 2018 - Twitter (Tim Cook)

Le cinéaste français a réalisé une partie de son dernier film à l’aide du smartphone d'Apple. Il souhaite en faire un outil récurrent pour tourner ses prochains longs-métrages.

Un homme, une femme et un iPhone. C'est tout ce qu'il a fallu à Claude Lelouch pour filmer les retrouvailles d'Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant dans son film Les Plus Belles Années d'une vie, projeté au Festival de Cannes. La scène se déroule 53 ans après Un homme et une femme (Palme d’Or en 1966), dont le long-métrage prend la suite. Pour la première fois, le réalisateur utilise un iPhone (X puis XS) à la place d'une caméra de cinéma. L'appareil a été utilisé pour immortaliser un tiers des plans du film. Sa prochaine réalisation, La Vertu des impondérables, fera quant à elle entièrement appel au smartphone d'Apple. Un défi technique, mais une opportunité inédite, d'après Claude Lelouch.

"La caméra de monsieur-tout-le-monde"

"L'iPhone est aujourd’hui la caméra de monsieur-tout-le-monde. La caméra est tellement petite que Jean-Louis et Anouk n'avaient plus le sentiment que l'on tournait. J'en ai rêvé toute ma vie" explique le réalisateur à BFMTV. "Je vais faire tous les plans-séquences à l'iPhone. C'est d'une liberté folle" complète-t-il, concernant ses prochains projets.

"L'idée de tourner à l'iPhone est venue à Claude lors d'une réunion de travail à Marrakech", explique Maxime Heraud, en charge de la photographie pour Les Plus Belles Années d'une vie, à BFMTV. Le cinéaste évoque alors sa volonté d'être plus libre, plus mobile. D'autres avantages, déjà mentionnés par le réalisateur américain Steven Soderbergh - qui a réalisé un long-métrage à l’iPhone, sont mis en avant: une plus grande simplicité dans l'organisation du tournage, davantage de maîtrise des différents plans et une meilleure proximité avec les acteurs.

"C'était un défi technique incroyable, mais nous voulions le faire" complète Maxime Heraud. Avant le tournage, plusieurs modèles de smartphones - de différentes marques - sont testés, avant que le choix ne s'arrête sur l’iPhone. Mais malgré les points forts du mobile d'Apple en termes de compacité et de qualité d’image, il ne permet pas de gérer les différences de luminosité comme le ferait une caméra classique. Une contrainte de taille, notamment lorsqu’il s'agit de basculer d'un environnement extérieur très lumineux vers un environnement intérieur, beaucoup plus sombre. Des transitions que Steven Soderbergh n'avait lui-même pas osé entreprendre.

-
- © -

Un équipement très accessible

Pour offrir cette possibilité au smartphone, Maxime Heraud conçoit un accessoire équipé d'un filtre de lumière à intensité variable, afin de mieux contrôler la vitesse d'obturation de la caméra intégrée à l'iPhone. L'outil permet d'obtenir une séquence comparable à ce que produirait une caméra de cinéma, notamment lors de la projection sur grand écran. Si de tels accessoires existent déjà sur le marché, Maxime Heraud y a associé un moteur pilotable à distance, afin de faire varier la quantité de lumière reçue par le capteur au gré des mouvements de caméra du réalisateur. Le tout a été fixé sur un stabilisateur, pour rendre les mouvements plus fluides.

Une fois cet équipement en place, l'équipe technique a opté pour une application vidéo tierce, permettant de paramétrer manuellement chaque détail lors de la prise de vue. Le choix s'est porté vers l'application FiLMiC Pro, référence parmi les spécialistes, déjà utilisée par Steven Soderbergh. Elle est facturée moins de vingt euros sur l'App Store ou le Google Play Store.

Si cette expérience est convaincante pour un professionnel, elle l’est d’autant plus pour les millions de cinéastes amateurs à travers le monde. "N’importe qui, avec un équipement d'un millier d’euros, peut être en mesure de réaliser un film" se réjouit Maxime Heraud. En compagnie de Claude Lelouch, l’homme a pu s’entretenir avec Tim Cook, qui dirige Apple. Et lui souffler quelques idées pour parfaire la qualité vidéo des prochains iPhone. Reste à savoir si ces conseils porteront leurs fruits.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech