Tech&Co
Twitter

Elon Musk assure avoir sauvé Twitter de la faillite

Elon Musk a indiqué que le réseau social a frôlé la faillite au cours des trois derniers mois. Twitter est désormais dans une tendance qui doit mener l’entreprise à l’équilibre, selon son patron.

Les soucis financiers de Twitter seraient-ils désormais du passé? C’est du moins ce qu’il faudrait croire des déclarations d’Elon Musk. Dimanche 5 février, le nouveau propriétaire de la plateforme a indiqué qu’en l’état actuel, l’entreprise se dirige vers l’équilibre financier, rapporte CNBC.

"Twitter a encore des défis à relever, mais la tendance est maintenant au retour à l’équilibre si nous maintenons le cap", a publié Elon Musk ce dimanche.

Fuite des annonceurs et défauts de paiements

Cette publication est une réponse à un article du Wall Street Journal se demandant comment le patron de SpaceX, Tesla et Twitter trouvait le temps de dormir. Ces dernières semaines, le milliardaire a dû jongler entre un lancement de fusée, un procès pour ses tweets sur l’action Tesla et les méandres financiers de Twitter.

"Les trois derniers mois ont été particulièrement difficiles, car il a fallu sauver Twitter de la faillite, tout en remplissant des tâches essentielles pour Tesla et SpaceX. Je ne souhaite cette galère à personne", écrit-il sur Twitter.

Pour autant, ces déclarations vont à l’encontre des informations recueillies sur l’entreprise. En janvier, la fuite des annonceurs s’est concrétisée par une chute de 40% des revenus quotidiens par rapport à l’an dernier. Aussi, l’entreprise reste sous le coup de nombreuses plaintes pour des défauts de paiements.

La pari d’Elon Musk pour rendre Twitter rentable était de se détourner des revenus publicitaires pour s’appuyer sur un modèle reposant sur l’abonnement. Pour ce faire, le réseau social a revu la stratégie de son offre Twitter Blue.

Disponible depuis vendredi 3 février en France, ce service accorde plusieurs avantages dont: un badge de certification, la possibilité d’éditer un tweet ou encore la publication de vidéos plus longues et en full HD. L’abonnement français est facturé 9,60 euros depuis un ordinateur, 11 euros depuis un mobile. Un abonnement annuel est également proposé et réduit le coût mensuel à 8,40 euros.

Pierre Monnier