Tech&Co
Twitter

Poursuivi en justice par les actionnaires, Elon Musk accepte finalement de racheter Twitter

L'homme d'affaires devait faire face à l'entreprise en justice à partir du 17 octobre, pour avoir annulé une première offre proposée au printemps 2022.

C'est un nouvel épisode pour le moins inattendu dans la saga entre Elon Musk et Twitter. Après avoir renoncé à un premier projet de rachat le 8 juillet dernier, le patron de Tesla et SpaceX souhaite finalement procéder à l'acquisition, selon les termes initiaux, qui valorisent l'entreprise à 44 milliards de dollars, rapporte le média américain Bloomberg. Soit, 54,20 dollars l'action.

Comme l'a confirmé par la suite Twitter, Elon Musk a réactivé son offre par le biais d'une lettre envoyée à Twitter. Suite à la diffusion de l'information, l'action de l'entreprise a été brièvement suspendue, avant de grimper de 22%, clôturant la journée à 52 dollars. Le réseau social a confirmé dans un bref communiqué "avoir reçu la lettre" et avoir l'intention "de conclure cette transaction" au prix défini.

Gros risque financier

Après avoir proposé de racheter le réseau social au printemps, Elon Musk avait assuré vouloir davantage protéger la liberté d'expression sur la plateforme et lutter contre les faux comptes. Quelques semaines plus tard, ce sont ces mêmes faux comptes qui étaient invoqués par Elon Musk pour annuler l'accord de rachat. Ce dernier estimant, sans diffuser d'éléments de preuve, que Twitter dissimulait le véritable nombre de faux comptes.

Ce changement d'attitude pourrait être étroitement lié aux importantes menaces financières qui pèsent sur Elon Musk, alors que les actionnaires de Twitter sont bien décidés à le poursuivre en justice. Un procès, visant justement à le forcer à procéder au rachat ou à le condamner à d'importantes pénalités financières, doit se tenir à partir du 17 octobre. La nouvelle offre d'Elon Musk est naturellement conditionnée à l'abandon des poursuites.

Malgré les arguments mis en avant par Elon Musk pour renoncer au rachat de Twitter, de nombreux analystes avaient lié ce retrait aux violentes chutes boursières touchant notamment Tesla, dont les actions devaient servir à financer l'opération. Très présent sur la plateforme, Elon Musk n'a pour l'heure pas commenté l'information diffusée par Bloomberg.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech