BFM Business

TOUT COMPRENDRE - Qu’est-ce que le “métavers”, le monde parallèle que veut créer Facebook?

L’entreprise voit dans ce nouvel univers virtuel l’avenir de ses services. Elle n’est pas la seule à miser sur ce nouveau terme aussi ambitieux que diffus.

“Le successeur de l'internet mobile”. C’est ainsi que Mark Zuckerberg présentait sa vision du “métavers” en juillet 2021, dans une interview accordée au site The Verge. Ce 18 octobre, Facebook annonce le recrutement de quelque 10.000 personnes en Europe sur les cinq prochaines années pour développer ce nouvel univers virtuel. Au-delà de Facebook, de nombreux acteurs tentent de s’approprier ce nouveau terme de “métavers” pour faire parler d’eux ou attirer des investisseurs.

· Que veut dire “métavers”?

Le terme “métavers” est une simple contraction des mots “méta” (qui fait référence à une vision d’ensemble) et “univers”. Il est issu de romans de science-fiction du début des années 90, décrivant des mondes virtuels dans lesquels les individus peuvent interagir, souvent à l’aide d’accessoires comme des casques de réalité virtuelle.

Ready Player One de Steven Spielberg
Ready Player One de Steven Spielberg © Warner Bros.

Ainsi, tout monde virtuel dans lequel un individu est invité à se créer un double numérique peut être considéré comme un “métavers”. Récemment, des films comme Ready Player One (2018), de Steven Spielberg, ont directement mis en scène un “métavers” (baptisé OASIS dans la fiction).

· Comment fonctionne un “métavers”?

Le “métavers” étant un terme générique faisant écho à un monde virtuel, il peut prendre de nombreuses formes. Sur le papier, un simple forum en ligne - et bien sûr un réseau social - sont des “métavers”, dans la mesure où ils réunissent des “doubles virtuels” des internautes dans un univers parallèle où ils peuvent se rencontrer.

Mais le “métavers” tel qu’il est imaginé par Facebook est plus ambitieux. En lieu et place d’une simple page Web ou application, l’entreprise souhaite se rapprocher des romans de science-fiction en équipant ses utilisateurs de ses casques de réalité virtuelle Oculus. Une marque rachetée en 2014 pour 2 milliards de dollars.

Selon les ambitions de Mark Zuckerberg, qui espère démocratiser cette nouvelle plateforme dans les cinq prochaines années, tous les domaines pourraient être concernés.

Il souhaite ainsi que les utilisateurs de Facebook ou Instagram puissent désormais se retrouver sous forme d’avatars, dans des mondes virtuels en 3D, pour échanger dans un bar imaginaire, assister à un concert en ligne, ou se réunir pour une réunion professionnelle.

Workrooms, un espace de travail en réalité virtuelle.
Workrooms, un espace de travail en réalité virtuelle. © Facebook / Oculus

En septembre 2019, Facebook avait dévoilé Facebook Horizon, un réseau social en réalité virtuelle, remplaçant Facebook Spaces, annoncé en 2017. Des projets qui en restent au stade de version bêta, au même titre que la déclinaison professionnelle baptisée Workooms et présentée en août 2021.

· Des “métavers” existent-ils déjà?

Si Facebook est le premier des GAFAM à présenter de telles ambitions pour le grand public, de nombreuses plateformes sont en réalité des “métavers”, bien qu’elles n’utilisent pas la réalité virtuelle.

La plus illustre d’entre elles est Second Life, un univers entièrement créé en 3D au début des années 2000 qui connut un immense succès à cette époque. Comme c’est aujourd’hui le cas sur les réseaux sociaux, on y trouvait des publicités, des événements organisés par des marques, mais aussi des internautes rémunérés, par exemple en commercialisant des vêtements virtuels. Ironiquement, la fin de Second Life fut précipitée par le succès… de Facebook.

Un événement organisé par la marque L'Oréal dans Second Life en 2007
Un événement organisé par la marque L'Oréal dans Second Life en 2007 © Linden Lab

Plus récemment, le jeu vidéo Fortnite s’est mué en “métavers”. D’abord présenté comme un simple jeu de combat, il s’est transformé en lieu de rencontres virtuelles. Comme Second Life des années plus tôt, Fortnite a réuni les internautes pour des concerts virtuels, mais également pour faire la promotion de films, de séries ou de produits en tous genres.

· Pourquoi tout le monde en parle?

Plusieurs raisons font que le concept de “métavers” revient dans l’actualité. D’abord l’attrait des géants du Web pour ce formidable relais de croissance économique, avec des mondes virtuels qui n’oublient pas d’importer les publicités du monde réel, à l’image de ce que l’on retrouve dans Fortnite.

Autre raison majeure: la démocratisation des casques de réalité virtuelle, désormais accessibles, bien que peu utilisés par le grand public. Pour Facebook, évoquer le “métavers” permet de faire la promotion de sa marque Oculus, tout en faisant émerger dans l’actualité des sujets qui font oublier ses nombreux déboires actuels.

La pandémie de Covid-19 et ses conséquences en matière de confinement ou de télétravail n’est probablement pas étrangère à l’intérêt des géants du numérique et de la publicité pour le “métavers”.

Comme les chatbots il y a quelques années, ou désormais les NFT, le “métavers” est l’un des mots-clés qui suscite un fort engouement, en dépit d’une mise en œuvre concrète qui se fait attendre pour le commun des mortels.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech