BFM Business

Test: comment Google veut se faire une place à la maison avec l'écran connecté Nest Hub

Google Nest Hub, le compagnon de la maison à installer dans sa cuisine, une chambre ou dans un salon

Google Nest Hub, le compagnon de la maison à installer dans sa cuisine, une chambre ou dans un salon - PS

Cet assistant intelligent, vendu moins de 100 euros, est bien plus qu'un gadget. Il offre de nouvelles fonctions pour s'informer, se divertir, apprendre, communiquer et prendre le contrôle des appareils connectés.

Connecter chaque pièce de la maison? C'est l'ambition de Google avec Nest Hub (99,99 euros). Cet assistant intelligent est un vrai petit robot d'intérieur. C'est une enceinte connectée équipée d'un écran LCD de 7 pouces (1024 x 600). Il se paramètre en fonction des pièces où il se trouve (chambre, cuisine, salon, bureau...) et s'ouvre à toute la famille avec la capacité de reconnaitre jusqu'à six voix.

Chacun peut ainsi le piloter à la voix pour écouter un programme musical (Spotify), regarder des vidéos (Netflix ou Youtube) ou la télé sur MyCanal et écouter la radio. Il sert aussi de réveil avec un suivi du sommeil, indique la météo chaque jour.

Il se connecte aussi avec les appareils connectés de la maison (Nest, bien sûr, mais aussi Netatmo, iRobot, Philips Hue, Somfy...). Grâce à ses capteurs, il mesure la température d'une pièce pour régler le thermostat en temps réel. Et la nuit, son écran diminue d'intensité pour ne pas gêner le sommeil. Enfin, son micro se coupe via un interrupteur pour garder un peu d'intimité.

Nest Hub contrôle les appareils connectés de la maison
Nest Hub contrôle les appareils connectés de la maison © PS

Son installation est on ne peut plus simple. Il suffit de le paramétrer via l'appli Google Home (Android ou iOS). On peut alors programmer des "routines" pour automatiser des actions selon les pièces à des heures précises ou en programmant des mots qui déclencheront une mission.

"Hey Google..."

Il ne sait pas (encore) faire le café, ni faire couler un bain, mais le matin, il suffira de dire "Hey Google, Bonjour" pour obtenir la météo, l'agenda de la journée, prévenir du niveau de batterie de son smartphone puis lancer les infos. En partant de chez soi, il fermera les volets connectés, activera l'alarme et éteindra les lumières d'un simple "Hey Google je sors".

En rentrant, il lancera votre musique ou votre chaine de TV préférée et ouvrira les volets en prononçant un sésame du genre "Hey Google, je suis rentré". Vos chaines d'info préférées, comme BFM Business ou BFMTV, se lanceront aussi en le demandant tout simplement. Enfin, le soir, il suffit de lui dire "Hey Google, bonne nuit" pour programmer le réveil ou lancer une musique ou un podcast.

Pour lancer une chaine d'informations via MyCanal, dites simplement "Hey Google, lance BFMTV"
Pour lancer une chaine d'informations via MyCanal, dites simplement "Hey Google, lance BFMTV" © PS

Le Nest Hub va-t-il devenir un compagnon indispensable à la maison? C'est l'ambition de Google qui rêverait qu'il y en ait un par pièce, avec des tâches bien définies. La taille de l'écran suffit pour suivre une recette ou une petite vidéo sur Youtube, mais pas pour regarder un programme long.

Quant à la qualité audio, elle est suffisante pour l'usage mais évidemment incomparable avec celle d'une barre de son. Au besoin, on peut quand même le connecter à une enceinte Bluetooth. Autre regret, l'absence d’une caméra frontale qui aurait permis de passer des appels vidéo en plus des appels audio.

Pour pour le prix, moins de 100 euros, le Nest Hub remplit toutefois ses promesses. D'autant que la reconnaissance vocale est d'excellente qualité. L'assistant de Google peut se paramétrer pour comprendre et parler deux langues et traduire plus d'une vingtaine de langues. Google Assistant est également capable de comprendre et raconter quelques blagues (niveau Carambar), faire des jeux de mot et répondre avec humour aux questions saugrenues afin de gagner en "humanité". Mais de là à l'appeler "Maman", comme l'IA du vaisseau du film Alien, il y a un monde.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco