BFM Business

Pourquoi Twitter a décidé de bannir définitivement Donald Trump

Donald Trump le 7 décembre 2020 à la Maison Blanche à Washington

Donald Trump le 7 décembre 2020 à la Maison Blanche à Washington - SAUL LOEB © 2019 AFP

Twitter justifie sa décision de priver le président américain de son compte personnel. Parmi les raisons invoquées, sa publication évoquant son absence à l'investiture de Joe Biden.

Ce vendredi, Twitter a finalement pris la décision de bannir définitivement le compte personnel du président américain. Dans un communiqué de presse, l'entreprise dirigée par Jack Dorsey précise les raisons de sa décision. Un choix historique, pour une plateforme qui n'a pas pour habitude d'expliquer les raisons de la suppression des comptes enfreignant à ses yeux ses règles d'utilisation.

“Après une étude précise des récents tweets du compte @realDonaldTrump et de leur contexte - notamment dans la façon dont ils sont compris et interprétés sur et en dehors de Twitter - nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence" explique Twitter, faisant référence à l’invasion du Capitole, qui a fait cinq morts.

Deux tweets visés par la plateforme

Fait rarissime, la plateforme précise sa décision en expliquant pourquoi à ses yeux Donald Trump n'avait pas respecté ses règles d’utilisation. Deux tweets sont mis en cause et considérés par Twitter comme allant à l’encontre de ses règles sur l’apologie de la violence. L'entreprise évoque notamment le message de Donald Trump au sujet de l’investiture de Joe Biden.

"A tous ceux qui me le demandent, je ne me rendrai pas à l'investiture du 20 janvier" a écrit le président américain ce 8 janvier.

Aux yeux de la plateforme, cette phrase fait l’apologie de la violence dans la mesure où elle pourrait être interprétée comme une nouvelle accusation de tricherie par les démocrates lors de l’élection présidentielle.

Par ailleurs, Twitter explique que l’annonce de Donald Trump sur son absence pourrait être perçue par des partisans comme un encouragement à commettre des violences le jour de l’investiture.

"Patriotes américains"

La plateforme évoque un second tweet, publié précédemment.

“Les 75 millions de grands Patriotes Américains qui ont voté pour moi, L’AMERIQUE D’ABORD et RENDRE SA GRANDEUR A L’AMERIQUE, auront une IMMENSE VOIX à l’avenir. Ils ne seront ni méprisés ni traités injustement, d’une quelconque manière!!!” promettait Donald Trump.

Concernant ce second tweet, la plateforme reproche à Donald Trump l’utilisation du terme “patriotes américains”, qui pourrait à ses yeux être interprété comme un soutien aux manifestants ayant envahi le Capitole mercredi dernier.

L'entreprise explique que la promesse de Donald Trump de laisser à ses électeurs une "immense voix à l’avenir" peut être interprétée comme une volonté d’appuyer ceux qui estiment que l'élection a été truquée et nuire aux bonnes conditions de la passation de pouvoir.

"Nous avons toujours clairement expliqué que ces comptes n’étaient pas au-dessus de nos règles et ne pouvaient pas utiliser Twitter pour inciter à la violence. Nous continuerons à être transparents concernant nos règles et leur mise en application" précise l’entreprise par le biais du compte Twitter Safety.

Jusque-là, Twitter avait toujours assumé le fait de laisser à Donald Trump la possibilité de ne pas respecter les règles d’utilisation du réseau social, au même titre que les autres dirigeants du monde entier, et ce en raison de "l’intérêt public" de leurs messages.

Après les manifestations violentes du Capitole, Donald Trump a également été banni d'autres réseaux sociaux, parmi lesquels Facebook. Mark Zuckerberg a annoncé que le président américain ne pourrait plus rien publier jusqu'à nouvel ordre.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech