BFM Business

Pourquoi la conférence Apple du 10 novembre pourrait être la plus importante de ces dernières années

Le MacBook Pro d'Apple

Le MacBook Pro d'Apple - Apple

Ce 10 novembre, Apple dévoilera de nouveaux produits, qui devraient être les premiers MacBook équipés de processeurs de la même nature que ceux de l’iPhone. Ouvrant de nombreuses perspectives à long-terme.

“C’est une révolution”. La phrase, régulièrement associée à Apple, pourrait prendre tout son sens lors de la conférence organisée par l’entreprise américaine le mardi 10 novembre prochain à 19 heures, heure française. D’après les rumeurs relayées par Bloomberg, la firme dévoilera deux nouveaux MacBook Pro (13 pouces et 16 pouces) et un nouveau MacBook Air (13 pouces). Ces machines pourraient marquer le début d’une nouvelle ère pour Apple, voire pour l’informatique en général.

Une puce mobile sur ordinateur

Au début de l’été, Apple a annoncé la création d’une nouvelle division, baptisée Apple Silicon. Ses équipes sont en charge de développer des processeurs, le “moteur” des ordinateurs. Une première pour la marque, qui produit ses propres processeurs pour ses iPhone et iPad, mais qui a toujours délégué ceux de ses ordinateurs à des partenaires. Tout d’abord IBM, avec les processeurs PowerPC jusqu’en 2005, puis Intel, qui fournit la plupart des fabricants d’ordinateurs de la planète.

Désormais, Apple travaille donc sur ses propres processeurs pour ordinateur. Leur principale caractéristique est leur “architecture”, qui définit la façon dont ils vont fonctionner. Et cette architecture n’aura plus rien à voir avec celle des processeurs Intel. En réalité, elle sera très largement inspirée de l’architecture des processeurs pour iPhone, par exemple la puce A14 Bionic qui équipe le dernier iPhone.

A la différence d’Intel, qui n’est jamais parvenu à vendre ses processeurs pour smartphone, Apple - au même titre que l’américain Qualcomm qui équipe de nombreux smartphones Android - est parvenu à produire des puces extrêmement performantes, malgré un espace fortement limité par la taille d’un smartphone, forcément plus petit qu’un ordinateur. Ces puces sont également bien plus endurantes et proposent donc une meilleure autonomie.

Le MacBook Pro d'Apple
Le MacBook Pro d'Apple © Apple

Un défi logiciel

La nouvelle génération de MacBook proposera donc des performances probablement bien supérieures à ce qui existe actuellement, dans des formats qui pourraient être de plus en plus compacts. L’architecture commune entre les processeurs d’iPhone et de MacBook pourrait largement faciliter le fonctionnement des applications mobiles sur ordinateur.

L’arrivée de puces mobiles sur ordinateur pourrait aussi ouvrir la voie à une nouvelle génération d’ordinateurs portables équipés d’une connectivité 4G ou 5G, donc totalement indépendants des réseaux Wi-Fi.

Pour Apple, le principal enjeu reste de proposer autant d’applications fonctionnelles que sur les modèles existants: le changement de processeur impose de nombreuses évolutions dans les logiciels actuellement utilisés sur MacBook, qui ne sont plus compatibles par défaut. Le fabricant devra donc miser sur sa force de frappe pour pousser les développeurs à faire évoluer leurs services.

Si l’essai d’Apple se révèle concluant, d’autres fabricants pourraient l’imiter, par exemple en faisant à leur tour appel à des fabricants de processeurs pour mobile. Ce qui rendrait les futures générations d’ordinateurs portables bien plus proches de nos smartphones actuels que des ordinateurs tels qu’ils ont été conçus il y a près d’un demi-siècle.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech