BFM Business

Pour éviter le reconfinement, le gouvernement compte toujours sur StopCovid

Le secrétaire d’État au Numérique Cédric O présente l'application StopCovid sur un smartphone, le 29 mai 2020 à Paris

Le secrétaire d’État au Numérique Cédric O présente l'application StopCovid sur un smartphone, le 29 mai 2020 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique, Cédric O, a réaffirmé l’importance de l’application StopCovid dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Il a toutefois admis devoir “retravailler” pour convaincre.

C’est un aveu qui a sonné comme un symbole: le 24 septembre dernier, le Premier ministre Jean Castex admettait sur France 2 n’avoir pas téléchargé l’application de traçage StopCovid, pourtant vantée depuis le début de l’été par le gouvernement.

L’application, accessible gratuitement sur iOS et Android, est conçue pour enregistrer une liste (anonyme) des smartphones détectés à proximité grâce au capteur Bluetooth de son mobile, et recevoir une alerte en cas de contact avec un malade. Invité d’Europe 1, Cédric O est revenu ce 29 septembre sur la faible adoption de StopCovid par les Français.

"Utile dans le métro"

Malgré un nombre de téléchargements très limité (seulement trois millions d’utilisateurs, pour quelques dizaines d’alertes envoyées), le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique assure compter sur StopCovid, en pleine recrudescence du nombre de cas.

“C'est très utile dans le métro, dans les restaurants, dans les bars”, assure ainsi Cédric O, qui suggère par ailleurs que StopCovid pourrait être utile pour éviter la fermeture de ces mêmes bars, voire un reconfinement.

Toujours au micro d’Europe 1, Cédric O admet la nécessité de “retravailler” pour convaincre la population de télécharger StopCovid sur son mobile.

La faible popularité de StopCovid tranche avec celle des applications équivalentes chez nos voisins. Moins de 24 heures après son lancement, la version allemande était déjà téléchargée par 6,4 millions de personnes, atteignant même 18 millions de téléchargements en septembre. La version britannique, disponible depuis le 24 septembre, cumule quant à elle plus de six millions d’installations.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech