BFM Business

Motorola relance son mythique Razr, sous forme de smartphone pliable

La marque historique joue la carte de la nostalgie, mêlée aux dernières innovations techniques en matière d’affichage. Le tout à un prix très élevé: 1.500 dollars.

Comme attendu, Motorola a dévoilé ce 13 novembre son nouveau smartphone baptisé Razr. Il reprend le nom du téléphone à clapet vendu par la marque américaine au milieu des années 2000. Comme son aîné, le Razr de nouvelle génération est capable de se rabattre pour devenir bien plus compacte mais cette fois grâce à un écran pliable. L’appareil sera commercialisé début 2020 aux Etats-Unis, pour 1.500 dollars. Si aucune date de sortie française n’a pour l’heure été communiquée, une page dédiée au Razr a été ajoutée sur le site de Motorola France.

Une fois ouvert, le Razr version 2020 ressemble à un smartphone classique: il profite d’un écran OLED de 6,2 pouces au format panoramique 21:9. Un ratio qui n’est pas sans rappeler celui des appareils commercialisés par Sony depuis le début d’année.

Aussi solide qu’un smartphone traditionnel?

En position fermée, le Razr dispose d’un minuscule écran secondaire de 2,7 pouces, principalement destiné à afficher les notifications, prendre des photos, solliciter l’assistant vocal de Google, ou encore accéder aux paramètres de réseau.

Le Motorola Razr
Le Motorola Razr © Motorola

Malgré son prix très élevé, le Razr ne dispose pas des composants les plus évolués. Ainsi, il est équipé du processeur de milieu de gamme Snapdragon 710, signé Qualcomm. Il profite par ailleurs de 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. Il sera livré sous Android 9, malgré le déploiement actuel de la version 10 du système d’exploitation de Google.

Le Motorola Razr
Le Motorola Razr © Motorola

Ce nouveau smartphone pliable ressemble de près au concept récemment dévoilé par Samsung, radicalement opposé au récent Samsung Galaxy Fold, bien plus imposant en position fermée et capable de se transformer en tablette.

Commercialisé avec plusieurs mois de retard à plus de 2.000 euros, l’appareil a fait face à des problèmes de solidité, liés à son écran pliable. De son côté, Motorola, désormais filiale du géant chinois Lenovo, promet une robustesse équivalente à celle de n’importe quel smartphone.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech