BFM Business

En plein coronavirus et sans Google, Huawei lance son nouveau smartphone haut de gamme

Le Huawei P40 Pro

Le Huawei P40 Pro - Huawei

Malgré la période particulièrement compliquée qu’il traverse, le fabricant chinois dévoile les P40 et P40 Pro, qui misent gros sur la partie photo, mais ne peuvent compter sur le Google Play Store.

Les iPhone 11 Pro et Samsung Galaxy S20 Ultra ont un nouveau concurrent: le Huawei P40 Pro. Tous ont un point commun, hormis leur prix très élevé: des capacités photo impressionnantes. Le Huawei P40 Pro - qui s’accompagne d’un P40, moins évolué, plus petit et plus abordable - promet toujours une qualité photo d’exception, notamment grâce à un niveau de zoom exceptionnel. Un domaine dans lequel son prédécesseur, le Huawei P30 Pro, avait excellé en 2019. Le design est revu pour intégrer un écran incurvé faisant totalement disparaître les bordures d’écran.

Le Huawei P40 sera vendu 799 euros, contre 999 euros pour le Huawei P40 Pro. Tous deux seront compatibles avec la 5G et disponibles à partir du 21 avril.

Le Huawei P40 Pro
Le Huawei P40 Pro © Huawei

Prometteur en photo, inquiétant sans Google

Pour proposer des clichés encore meilleurs que la concurrence - ce qui devra être vérifié dans les tests, le Huawei P40 Pro peut compter sur un triple appareil photo. Un module caméra grand angle de 50 mégapixels, un ultra grand angle de 40 mégapixels, ainsi qu’un téléobjectif à focale resserrée de 12 mégapixels, qui offre un zoom optique (sans perte de qualité) x5.

Un capteur de température est quant à lui chargé d’harmoniser la colorimétrie entre les trois appareils. Notons que Huawei commercialisera aussi le Huawei P40 Pro+ (1.399 euros, disponible en juin), qui dispose d’un téléobjectif proposant un zoom optique x10 (8 mégapixels) et d’un quatrième capteur dédié au portrait, avec un zoom optique x3 (8 mégapixels également).

Le Huawei P40 Pro
Le Huawei P40 Pro © Huawei

En bon smartphone premium, le Huawei P40 Pro dispose des composants les plus modernes, avec un processeur de dernière génération, conçu par la firme chinoise. En façade, il est équipé d’un capteur d’empreintes digitales au bas de l’écran, ainsi qu’une fonction de reconnaissance faciale.

Pour Huawei, le plus gros enjeu sera de convaincre les clients de débourser une somme importante pour un smartphone qui ne dispose pas du Google Play Store, le principal magasin d’applications sous Android. Cette absence étant liée aux sanctions américaines envers l’entreprise chinoise, qui lui interdisent de nouer des partenariats commerciaux avec le plupart des firmes américaines.

Le Huawei P40 Pro
Le Huawei P40 Pro © Huawei

Huawei met l’accent sur App Gallery, son propre magasin d’applications, essentiellement rempli de logiciels chinois - mais proposera le navigateur français Qwant par défaut. Les utilisateurs devront passer par des canaux non-officiels - et potentiellement dangereux - pour se procurer les applications les plus populaires, comme celles de Google (Maps, Gmail, YouTube), Facebook (Instagram, WhatsApp, Messenger), ou autres Netflix et Uber. Un sacrifice important, qui pourrait avantager Apple, Samsung, ou encore Xiaomi.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech