BFM Business

Gilets jaunes: certains élus LREM partagent eux aussi des fake news

Ces dernières heures, plusieurs députés de la majorité ont relayé de fausses informations concernant un lien éventuel entre le mouvement des gilets jaunes et Steve Bannon, nationaliste américain.

Si les fake news sont nombreuses au sein des groupes Facebook des gilets jaunes, les élus ne sont pas épargnés par le partage de rumeurs douteuses. Y compris ceux de la majorité. Comme le relevait hier 6 décembre le site CheckNews, plusieurs d’entre eux ont tweeté ou retweeté un message publié par le compte Team Macron, qui soutient le président de la République. Ce dernier évoquait un lien entre un site Web au nom des gilets jaunes et Steve Bannon, ancien directeur de campagne de Donald Trump.

-
- © -

“Le nom de domaine du site giletsjaunes.com a été acheté en mai 2017 (!!!), une semaine après l’élection d’@EmmanuelMacron et enregistré à Denver aux Etats-Unis. Ce serait bien que les gens commencent à s'intéresser à ce que fait Steve Bannon en Europe…” faisant référence aux récentes activités du nationaliste américain auprès des partis d’extrême-droite européens.

Un nom de domaine qui existe de longue date

L’accusation est appuyée par une capture d’écran, montrant des informations (publiques) liées au nom de domaine giletsjaunes.com, dont la date d’enregistrement remonte au 15 mai 2017, soit le lendemain de l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron. Peu après sa mise en ligne, le message est partagé par Emilie Chalas, Coralie Dubost et Aurore Bergé, toutes trois députées LREM.

-
- © -

Pourtant, quelques vérifications montrent que le nom de domaine existait déjà en 2014, alors que des protestations contre la réforme des rythmes scolaires était déjà symbolisée par le port de gilets jaunes. Hébergé par l’entreprise française OVH, le nom de domaine avait été supprimé le 15 mai 2014, avant d’être réactivé puis supprimé une nouvelle fois le 12 mars 2017.

Capture d'écran du 5 janvier 2018
Capture d'écran du 5 janvier 2018 © -

L’adresse évoquée par le compte Team Macron n’est autre que celle de l’entreprise NameBright, basée à Denver (Etats-Unis), qui a pris en charge l’hébergement du site lors d’une nouvelle réactivation, en mai 2017. D’après le site Wayback Machine, le nom de domaine a ensuite été remis en vente, comme l’atteste une capture d’écran datée du 5 janvier 2018. Difficile, donc, d’y voir un coup prémédité.

-
- © -

Selon les données de DomainBigData, le nom de domaine a été transféré ce 24 novembre, après le début du mouvement des gilets jaunes. Le site est désormais hébergé chez Cloudflare, un hébergeur basé à San Francisco. Parmi les informations liées au site en question, aucune ne permet de faire le lien avec Steve Bannon. Le compte Team Macron a depuis supprimé son message.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech