BFM Business

Comme Facebook, Twitter interdit les propos niant l’existence de la Shoah

Logo de l'application Twitter

Logo de l'application Twitter - BFMTV.COM

A la différence de Facebook, Twitter s’attaque au négationnisme touchant l’ensemble des génocides, et non uniquement l’Holocauste.

Parallèlement à leur lutte contre les fausses informations visant les événements présents, Facebook et Twitter souhaitent encadrer à la vision historique de certains de leurs utilisateurs. A commencer par ceux qui publient des propos négationnistes concernant le génocide des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. En début de semaine, Facebook s’engageait à supprimer les propos niant l’existence de la Shoah. Ce 15 octobre, Twitter communique sur sa propre politique.

Twitter s’attaque à tous les négationnismes

Notre politique concernant les contenus haineux interdit de nombreux comportements, notamment les références à des événements violents visant des minorités, ou les tentatives de nier ou relativiser ces événements”, explique un porte-parole de Twitter au site Engadget.

Sur Twitter, des publications niant le génocide des Juifs, mais également celui des Tutsi au Rwanda ou encore des Arméniens seront donc désormais censurées par le réseau social, du moins si elles sont signalées ou repérées par les algorithmes de modération.

A la différence de Twitter, Facebook a affirmé que ses nouvelles règles sur le négationnisme ne s’appliqueront qu’aux propos niant l'existence de la Shoah. Sur la plateforme, une publication niant l’existence des deux génocides évoqués plus haut n’a donc pas vocation à être modérée.

Dans l’Hexagone, la loi Gayssot interdit depuis 1990 toute contestation de l’Holocauste et s’applique donc à Facebook et Twitter depuis leur création.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech