BFM Marseille
Marseille

"Un chasseur de déchets": un élu marseillais traque les décharges sauvages

Pour alerter sur la prolifération des déchets, un élu marseillais multiplie les actions dans la ville et réclame plus de moyens.

C'est un phénomène qui agace habitants et élus de la métropole marseillaise: les déchets abandonnés sur la chaussée. Pour lutter contre ces déchetteries sauvages, Jean-Yves Sayag, élu à la métropole d'Aix-Marseille multiplie les actions pour enrayer le problème.

Se définissant lui-même comme un "chasseur de déchets", Jean-Yves Sayag, également restaurateur, traque les décharges sauvages qui apparaissent dans les rues de Marseille. Pour gagner en visibilité et alerter le plus grand nombre, il publie de nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux où il compte des milliers d'abonnés.

"Qu'est-ce qu'on attend en fait? On attend de tuer Marseille encore un peu plus?", peut-on entendre dans une de ses vidéos filmées devant une montagne de déchets.

Un éternel recommencement

Avec ses vidéos, Jean-Yves Sayag veut éveiller les consciences conte le "laxisme généralisé de tous les services du plus haut au plus bas".

"ll y a des compétences qui sont distribuées. Nous, on essaie de faire la nôtre tant bien que mal, sans que les sanctions tombent envers ceux qui polluent notre ville", explique-t-il.

Là, on va nettoyer, mais on sait que dans deux jours, ça va continuer. C'est un éternel recommencement", affirme Jean-Yves Sayag.

En faire profiter la Ville

S'il a fait de cette problématique de cette gestion des déchets, son combat, l'élu estime que la Ville a beaucoup à y gagner. " On va attirer des centaines d'entreprises (...) et ce sont les viviers de nos quartiers dits populaires, qui vont en profiter puisqu'ils seront embauchés directement", explique-t-il au micro de BFM Marseille.

Mais éradiquer ces décharges coûte très cher à la municipalité. Pour collecter par exemple plus de 20.000 pneus par an, la Ville dépense près de 80.000 euros.

Blandine d'Alena avec Thibault Nadal