BFM Marseille
Marseille

Trottinettes en libre-service à Marseille: comment la ville veut réguler leur usage

Limitation de la vitesse, zones de stationnements... La ville de Marseille compte changer les règles concernant les trottinettes électriques.

On les retrouve couchées sur les trottoirs, entassées les unes sur les autres ou vandalisées. Les trottinettes en libre-service ont envahi les rues de Marseille. Mais dès la fin du mois d'octobre, si les engins vont continuer de rouler dans la cité phocéenne, les règles vont changer.

Pour la mairie, l'objectif est de mettre fin à l'anarchie sur les trottoirs et "de réduire les conflits d'usage, notamment l'encombrement des trottinettes", assure Audrey Gatian, adjointe au maire de Marseille en charge des mobilités.

"Notre objectif, c'est vraiment de rendre le trottoir aux piétons et de mieux organiser le stationnement des trottinettes pour que ça ne soit plus des obstacles", résume l'élue.

Réduction de la vitesse

Une des mesures phare de la ville pour mieux réglementer la circulation des trottinettes électriques en libre-service est de réduire leur vitesse dans certains lieux. Actuellement limités à 25km/h, ces engins ne pourront plus dépasser les 10 km/h dans les zones piétonnes.

Cette nouvelle règle est toutefois loin de convaincre les utilisateurs actuels. "Je pense que je ne vais plus utiliser (ces trottinettes), parce que l'avantage c'est le temps et la rapidité. Si ça passe à 10km/h ça n'a plus trop d'intérêt... à pied on doit être à 5/6km/h", explique un Marseillais prêt à arrêter son abonnement.

Des nouvelles zones de stationnement

A partir de la fin octobre, les trottinettes seront disponibles 24h/24 et déployés dans des zones plus excentrées de la ville. Par ailleurs, elles ne pourront plus être stationnées n'importe où. Bird, l'un des opérateurs de trottinettes en libre-service à Marseille avait déjà décidé en juillet de définir des zones de stationnement obligatoires

Au total, la ville veut créer 900 stations, notamment sur les emplacements déjà dédiés aux automobilistes. Mais dans la ville "du tout voiture", cette mesure reste en travers de la gorge.

"Il manque déjà des places pour les voitures donc je ne comprends pas pourquoi on met des trottinettes à la place des places de stationnement", s'agace un automobiliste. "D'autant plus que les trottinettes, c'est un vrai bordel".

De nouveaux opérateurs?

Actuellement, trois opérateurs se partagent la cité phocéenne depuis 2019. Mais dans les prochaines semaines, les cartes pourraient être rebattues. La mairie de Marseille a lancé un appel d'offres pour la période d'octobre 2021 à octobre 2023. A cette occasion, trois nouveaux opérateurs seront choisis parmi les neuf déjà en lice.

Alicia Foricher