BFM Marseille
Marseille

Marseille: malgré l'interdiction, les jeunes en quête de sensations sautent depuis la corniche Kennedy

10 voire 15 mètres, rien n'arrête la jeunesse marseillaise qui plonge chaque année de plus en plus haut des corniches de la ville. Une pratique interdite depuis 2006, et très risquée. La semaine dernière, un jeune de 14 ans a évité de justesse la noyade.

“Je suis conscient des risques, j’ai déjà fait un plat, mais en vrai ça va. Il ne va rien m’arriver, je pense.” Comme ce Marseillais, des dizaines de jeunes réalisent chaque année des plongeons sauvages de plus en plus vertigineux, de 10, voire 15 mètres, depuis la corniche Kennedy. Une activité pourtant interdite, qui n'est pas sans risques.

Lundi, un jeune adolescent de 14 ans s’est blessé après un saut depuis ce spot bien connu des Marseillais Le jeune homme s’est retrouvé inconscient après un plongeon de dix mètres et a commencé à se noyer. Heureusement, il a rapidement pu être sauvé grâce à ses amis et à l’intervention des marins-pompiers.

"Depuis quelques semaines, je saute souvent ici"

Reste que ce phénomène des plongeons sauvages inquiète à Marseille. En 2020, un jeune de 17 ans a perdu la vie à la suite d’un plongeon sauvage. Il avait heurté un rocher après une chute de 15 ans. Et la liste des accidents se rallonge chaque été.

Malgré tout, les jeunes, voire très jeunes, plongeurs se pressent encore sur la corniche, en quête d’adrénaline.

“Depuis quelques semaines, je saute souvent ici, explique un jeune plongeur à BFM Marseille. Je ne sais pas… ce sont les sensations et en plus il y a du monde ici, on rencontre des collègues.”

Un second amateur de sensations fortes, le même qui raconte avoir déjà fait un plat après un saut, admet être à la recherche de "sensation" pour s'amuser.

Sensation ou pas, cette pratique reste prohibée. En 2006, la ville de Marseille a publié un arrêté municipal interdisant tous les plongeons du côté du littoral.

Cindy Chevaux et Charlotte Lesage