BFM Lyon
Lyon

"C'est un mauvais maire de Lyon": David Kimelfeld égratigne Grégory Doucet et se projette vers 2026

L'ancien président de la métropole entend "jouer un rôle", dont les contours restent à définir, lors des prochaines élections. En attendant, il fustige l'écologie "de punition et d'incantation" des écologistes.

David Kimelfeld prépare le terrain. L'ancien président de la métropole l'a reconnu dans un entretien à la Tribune de Lyon la semaine dernière, il entend "jouer un rôle lors des prochaines élections, en 2026".

Si cette perspective est encore lointaine, et qu'il est "beaucoup trop tôt" pour affirmer qu'il sera candidat, avec qui et pour quel projet, David Kimelfeld ne retient pas ses coups à l'endroit des actuels titulaires des postes à la mairie et à la métropole.

Son inimitié envers Grégory Doucet, et sa désaprobation de ses choix politiques, ne datent pas d'hier. Il ne s'en est pas caché sur le plateau de BFM Lyon ce lundi matin. "Je crois que c'est un mauvais maire de Lyon parce que je crois qu'il n'incarne pas la mairie", a lancé David Kimelfeld, aujourd'hui conseiller d'opposition à la ville et à la métropole.

"Une communication à outrance"

L'élu a ensuité étayé son propos. "Souvent, je le dis à Bruno Bernard, président de la métropole, et à Grégory Doucet: c'est bien de nous parler de la planète, mais arrêtez de nous parler de la planète. Parlez-nous de Lyon, parlez-nous des Lyonnaises et des Lyonnais, s'agace-t-il. C'est plutôt là où il faut qu'ils se concentrent. Ils sont souvent en train d'agiter un certain nombre de concepts et de communiqués."

L'ex-socialiste, converti au macronisme, brocarde l'écologie "de la punition et de l'incantation" que prôneraient Grégory Doucet et Bruno Bernard aux dépens d'une écologie "constructive".

"L'écologie de la punition, je l'ai dit au conseil municipal, c'est 9% d'augmentation des impôts, c'est une Zone à faibles émissions qui vient taper les plus modestes. Et puis une écologie de l'incantation par une communication à outrance, par Grégory Doucet, qui annonce trois ans avant qu'il est candidat aux municipales. C'est assez original. Et puis Bruno Bernard qui aujourd'hui est sur les affiche 4x3 pour évoquer les projets de la métropole."

En attendant une potentielle arrivée aux affaires, David Kimelfeld ne limite pas ses piques aux micros des journalistes. Avec Georges Képénékian, lui aussi transfuge du Parti socialiste, il dit avoir déjà commencé à "livrer bataille dans (leurs) interventions au conseil municipal, au conseil de la métropole".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions