BFM Lille

Nord: une enveloppe de 8,3 millions d'euros débloquée pour la protection de l'enfance

L'annonce a été faite ce lundi par le secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'enfance Adrien Taquet, lors d'un déplacement à Roubaix.

Ce sont 8,3 millions d'euros supplémentaires qui vont être consacrés à la protection de l'enfance dans le Nord. En visite au centre petite enfance Raymonde Deleporte de Roubaix ce matin, le secrétaire d'Etat chargé de cette question Adrien Taquet, a annoncé le déblocage de cette enveloppe. L'objectif va notamment être de pouvoir financer des projets dédiés à la protection des enfants.

"Des projets à la carte que chaque département peut mettre en œuvre en fonction de la situation locale. C'est une stratégie qui est certes nationale, mais qui veut partir des besoins, des nécessités de chaque territoire, En protection de l'enfance comme dans d'autres domaines, la situation dans le Nord ne sera pas la même qu'en région parisienne", explique Adrien Taquet.

Une crèche de "prévention précoce" inaugurée à Lille

Ce sont des projets comme la crèche de prévention précoce de Lille qui peuvent donc désormais bénéficier de cet argent. Cette crèche a été inaugurée ce lundi en présence du secrétaire d'Etat. Elle vise à contrer le plus tôt possible les risques de négligence parentale et à prévenir des retards de développement parfois irréversibles chez les bébés.

Cette crèche du réseau Rigolo comme la vie et de l'association La Sauvegarde du Nord, doit accueillir à terme, pour une expérimentation de trois ans, 20 nourrissons, 10 au profil "classique" et 10 à risque de troubles du développement.

Pour les enfants "à risques", l'accueil en crèche, parfois dès la sortie de la maternité, se couple à un accompagnement thérapeutique, avec ateliers parents-enfants et visites à domicile. Jérôme Obry, directeur général de Rigolo comme la vie, espère que grâce à cette prise en charge, "la majorité de ces enfants ne seront jamais retirés de leurs familles".

Près de 23 millions d'euros sur trois ans

Le projet bénéficie d'une subvention de 170.000 euros dans le cadre du volet pauvreté du plan de relance. Il est soutenu par la ville, le département du Nord, la Caf et l'Agence régionale de Santé.

"Dans un monde idéal, peut-être que l'Aide Sociale à l'Enfance n'existerait pas parce que nous aurions repéré précocement ces fragilités, que nous les aurions intensément accompagnées, pour éviter que des situations se dégradent", a résumé Adrien Taquet lors de l'inauguration.

Au total le partenariat de l'Etat avec le département du Nord sur la protection de l'Enfance, va permettre de débloquer près de 23 millions d'euros sur trois ans pour ce domaine.

Gauthier Hartmann avec AFP