BFM Lille

"Il y a beaucoup de dealers": ras-le-bol des habitants de Lille-Moulins après l'agression d'une femme

Une femme agressée par un dealer le week-end dernier dans le quartier de la Filature a interpellé les pouvoirs publics dans une vidéo. Les habitants, eux, font part de leur ras-le-bol.

Elle a eu la machoire cassée et a dû être hospitalisée après son agression. La comédienne Cécile Thircuir a été agressée samedi soir dans le quartier de la Filature à Lille-Moulins. Pour avoir "haussé le ton", elle racontait dans une vidéo diffusée le week-end dernier avoir été frappée par un dealer.

"Ca devient de pire en pire"

Dans le quartier de la Filature, les habitants déplorent l'omniprésence du trafic de drogue et la violence qui en résulte. "Il y a beaucoup de dealers, beaucoup de passages de police, beaucoup d'insultes, de menaces. Tous les jours. Il faudrait faire quelque chose parce que ça devient de pire en pire", témoigne anonymement un habitant.

"On ne peut rien leur dire. Il ne faut pas les regarder dans les yeux", abonde une habitante.

Dans sa vidéo, la victime de samedi soir interpellait "les pouvoirs publics" et plus particulièrement Martine Aubry, sur la situation dans le quartier. Après cet appel, la maire de Lille reconnaît les difficultés du quartier.

"Dès que j'ai vu cette vidéo, j'ai d'abord appelé cette jeune femme. J'étais à la fois en colère et très attristée par ce qui lui arrive. Mais ce n'est que le reflet d'une situation insupportable", estime Martine Aubry au micro de BFM Grand Lille.

Martine Aubry en appelle à Gérald Darmanin

"Je n'ai pas attendu cela pour saisir le préfet, ajoute néanmoins la maire de Lille. Ca fait un an qu'on y travaille et encore il y a 15 jours, j'ai demandé une réunion d'urgence particulièrement sur la Filature."

"C'est l'enfer pour les gens", renchérit Martine Aubry, qui se tourne vers le gouvernement. "Castaner nous avait répondu qu'on était sous-dotés, je compte bien aller voir le ministre Darmanin pour le lui redire, parce que ce n'est plus possible", poursuit la maire de la ville.

Du côté de l'opposition, le camp de l'ex-candidate à la mairie Violette Spillebout défend l'installation de plus de caméras de vidéo-surveillance.

"La vidéoprotection est clairement une solution et les habitants la demande, les policiers la demandent également. Ils n'attendent que ça, ça ne doit plus être un tabou", insiste Ingrid Brulant, conseillère municipale LaREM.

L'auteur présumé de l'agression a lui été interpellé dimanche, il sera jugé fin septembre selon France 3. Placé sous contrôle judiciaire, il a interdiction de séjour dans le quartier de la Filature.

Clément Polyn avec Carole Blanchard