BFM Lille

Hauts-de-France: face à une hausse des accidents de travail, la Direccte renforce ses contrôles

Des ouvriers.

Des ouvriers. - Philippe Huguen - AFP

La Direction régionale des entreprises alerte contre la hausse récente des accidents de travail graves, plus particulièrement des chutes de hauteur, et souhaite sensibiliser les entreprises.

La recrudescence est "forte et inédite". La Direction régionale des entreprises (Direccte) est formelle: les accidents de travail graves, voire mortels, sont en hausse dans les Hauts-de-France depuis la fin du mois de mai, la plupart en lien avec des chutes de hauteur.

Six accidents de ce type et de cette gravité ont été recensés "pour le seul mois de juin", déplore la Direccte dans un communiqué. Trois d'entre eux ont entraîné la mort. Des chiffres à mettre en regard avec les huit accidents dus aux chutes de hauteur observés "pour l'ensemble de l'année 2019".

Si cette recrudescence est récente, les chutes de hauteur constituent la "deuxième cause d'accidents mortels au travail". "565 chantiers ont été contrôlés lors des deux campagnes de 2019 sur lesquels intervenaient 1200 entreprises et 3600 salariés – une entreprise contrôlée sur trois présentait un risque de chute de hauteur", précise la Direccte.

Plusieurs pistes explorées pour expliquer la hausse

Face à "l’insuffisance des équipements de protection", voire "à l’absence totale de moyens de protection", la direction régionale des entreprises souhaite alerter les entreprises sur le danger. Compte tenu du contexte épidémique, la Direccte plaide pour qu'une étude soit menée afin de constater les raisons de la recrudescence des accidents. Et évoque plusieurs pistes de réflexion: "le relâchement dans le respect des mesures de prévention", "la tendance à la désorganisation", "les délais de réalisation impératifs" et "le retard pris en raison du ralentissement de l’activité favorisent les situations à risques".

La Direccte explique enfin avoir engagé "une vaste opération de sensibilisation" auprès des entreprises et affirme avoir renforcé son dispositif de contrôles.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions