BFM Business

Tourisme: Malgré le déconfinement, le Portugal craint pour sa saison d'été

Un serveur disposant des tables sur une terrasse de Lisbonne au Portugal le 5 avril 2021.

Un serveur disposant des tables sur une terrasse de Lisbonne au Portugal le 5 avril 2021. - Patricia de Melo Moreira

Le Portugal amorce la dernière phase de son plan de déconfinement. Mais tant que le retour des touristes étrangers n'est pas certain, les professionnels craignent pour leur saison.

Le Portugal est entré ce week-end dans l'ultime phase de son plan de déconfinement sanitaire mais, tant que le retour des touristes étrangers ne sera pas assuré, la filière redoute de voir s'échapper une deuxième saison d'été. "J'ai le sentiment de repartir de zéro", soupire Judite Gomes, qui n'a pas rouvert aussitôt que possible ses restaurants dans l'Alfama, le quartier le plus emblématique du vieux Lisbonne.

Comme "il y aura peu de clients au début", cette cheffe d'entreprise de 63 ans a préféré attendre lundi pour rouvrir deux des trois établissements qu'elle possède dans une même ruelle de ce quartier pittoresque, avec ses balcons fleuris, ses places pavées et ses ruelles vallonnées. Elle a décidé de commencer par le restaurant de cuisine typique et la maison de "fado", la traditionnelle chanson de Lisbonne, laissant sa boutique d'artisanat encore fermée à ce stade.

17 millions de visiteurs en moins en 2020

Avec son énorme trousseau de clés à la main, elle passe d'un endroit à un autre, pour nettoyer, redisposer les tables ou revoir la décoration afin de tenir compte des nouvelles règles de distanciation. Après avoir dû se séparer de dix des treize salariés qu'elle employait avant la pandémie, elle va désormais miser sur une clientèle plus locale, quitte à baisser ses tarifs.

En 2020, le Portugal, où le tourisme représentait plus de 10% du PIB, a perdu trois touristes sur quatre, soit près de 17 millions de visiteurs. Rien qu'à Lisbonne, une des destinations phares, les recettes ont chuté l'an dernier de 76%. Et, avec le confinement du début de l'année, le nombre de nuitées enregistrées par les hôtels a chuté de 80% au premier trimestre. Sur la période, le PIB portugais s'est effondré de 5,4% sur un an, en raison notamment de la "réduction importante du tourisme étranger", a indiqué vendredi l'Institut national des statistiques.

"Le secteur a traversé la période la plus difficile de son histoire", reconnaît la principale association patronale de l'hôtellerie et de la restauration, qui a salué la décision du gouvernement d'entamer samedi, soit deux jours plus tôt que prévu, la dernière phase de déconfinement, avec notamment la réouverture de la frontière terrestre avec l'Espagne ou l'élargissement des horaires des cafés et restaurants. "Cette décision va donner un nouvel élan" à la filière, a estimé l'Association des hôtels, restaurants et établissements similaires du Portugal (AHRESP) dans un communiqué. Cependant, les restrictions aux voyages vers le Portugal, autorisés seulement pour les déplacements jugés "essentiels", ont été prolongées au moins jusqu'à mi-mai, a annoncé samedi le gouvernement.

Le Portugal plaide pour l'adoption rapide d'un pass sanitaire

Pour essayer de sauver la saison touristique, le Portugal, qui assure la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, plaide dans le même temps pour l'adoption rapide d'un pass sanitaire facilitant les voyages au sein de l'UE. Le certificat sanitaire européen, qui a franchi une étape clé jeudi en étant validé par les eurodéputés, fait encore l'objet de négociations, mais Bruxelles souhaite qu'il soit opérationnel avant la fin juin. "Il faut agir sans tarder" pour "prendre des mesures décisives en faveur du tourisme, juste avant le début de l'été", a fait valoir la secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Ana Paula Zacarias, devant le Parlement européen.

Dans l'Alfama, le retour des touristes étrangers est crucial pour des entrepreneurs plus traditionnels comme Judite Gomes, mais aussi pour certains investisseurs qui, en dépit du contexte sanitaire, ont fait le pari de maintenir leurs projets. C'est le cas d'un hôtel de luxe qui doit ouvrir en juin dans un ancien hôtel particulier rénové. "Nous sommes persuadés que les touristes vont revenir, a affirmé à l'AFP son directeur, Luis Casqueira. Après cette période de confinement, les gens vont avoir envie de voyager".

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze avec AFP Journaliste BFM Éco