BFM Business

Thierry Bolloré prend les rênes de Jaguar Land Rover

Thierry Bolloré rejoint Jaguar Land Rover. L'ancien dirigeant de Renault prend aujourd'hui ses nouvelles fonctions de directeur général du constructeur britannique. Avec la lourde tâche de permettre à JRL de redevenir rentable.

Après Renault, Thierry Bolloré rejoint Jaguar Land Rover. Et les défis sont nombreux pour l'ancien numéro 2 de Renault. Jaguar Land Rover est touché de plein fouet par la pandémie du coronavirus. Le groupe a enregistré une perte de 500 millions de livres (541 millions d'euros) au 1er trimestre avec des ventes en chute de 30%.

Mais avant la crise, Jaguar, propriété de l'indien Tata Motors, était déjà en difficulté. Plombé par ses véhicules trop polluants et un marché chinois au ralenti, le groupe avait annoncé un plan de restructuration et la suppression de 5000 postes. Objectif: économiser près de 5 milliards de livres d'ici à mars 2021.

Une priorité: l'électrification

C'est donc un chantier de taille qui attend Thierry Bolloré. Sa priorité: électrifier la gamme pour rattraper le retard pris sur les normes environnementales européennes. Et pour y parvenir, le nouveau dirigeant n'a pas d'autres choix que de trouver un partenaire capable de participer à  des investissements colossaux indispensables pour verdir la marque. Dans ce contexte, les incertitudes liées au Brexit n'arrangent rien. Puisque avec cinq de ses six principaux sites implantées au Royaume-Uni, un no deal impliquerait une hausse des tarifs douaniers et une perte de compétitivité. 

Julien Rizzo, avec Pauline Ducamp