BFM Business

Spatial: les 5 lancements de fusées qu'il ne fallait pas rater cette année

Une fusée Soyouz MS-11 au décollage du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, le 3 décembre 2018

Une fusée Soyouz MS-11 au décollage du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, le 3 décembre 2018 - KUDRYAVTSEV / AFP

Que ça soit avec des objectifs scientifiques, militaires ou commerciaux, chaque lancement de fusée est scruté de près par la communauté internationale et les amateurs de gros engins envoyés dans l’espace. Voici ceux qu'il ne fallait pas rater en 2018.

5,4,3,2,1… allumage des moteurs ! Avec un total de 114 lancements, l’année 2018 a été faste pour le secteur spatial. En 2017, "seuls" 91 tirs avaient été recensés. SpaceX, Blue Origin, Rocket Lab… nombreuses sont les entreprises à s’être lancées dans ce qui s’apparente à une nouvelle course à l’espace et viennent concurrencer ou appuyer les programmes spatiaux des Etats. Ci-dessous, cinq lancements des plus marquants, à revoir en vidéo.

Le baptême de la Falcon Heavy de SpaceX, le 6 février

C’était le tir le plus attendu de l’année pour SpaceX et il n’aura pas déçu. Le lanceur lourd de la firme d’Elon Musk a réussi son vol d’inauguration le 6 février dernier sous les cris et applaudissements des ingénieurs et spectateurs venus contempler ce monstre de 70 mètres de hauteur et de 1400 tonnes. C'est aujourd'hui la fusée en activité la plus puissante au monde, selon SpaceX. Propulsée par 27 moteurs qui répondent au doux nom de "Merlin", la Falcon Heavy a envoyé, après 3 minutes et 50 secondes de vol, un Roadster Tesla, propriété d'Elon Musk, orbiter autour du soleil, tout en jouant le morceau Space Oddity de David Bowie. Grandiose.

La mission chinoise Hongyan-1, le 29 décembre

La Chine signe avec ce lancement de Long March son 39ème tir de fusée au cours de l'année 2018 et pulvérise son précédent record de 2016 (22 lancements). En comparaison des 34 lancements américains effectués, la Chine se place ainsi comme premier lanceur mondial, un cap historique. Elon Musk s'est d’ailleurs fendu d'un tweet pour féliciter le principal concurrent de SpaceX pour sa performance. Sur la même période, la Russie pointe à 19 lancements, l'Europe en comptabilise 8, l'Inde 7 et le Japon 6.

Le 100ème lancement d'Ariane 5, le 24 septembre

Elle est en service depuis 22 ans et n’a rencontré que 2 échecs majeurs depuis son premier lancement, qui, ironiquement, en était un. La fusée européenne, équipée de ses célèbres moteurs "Vulcain", fait la fierté de l’Europe et s’est taillée au cours des années une solide réputation.

Mais Ariane 5 est proche de la retraite. Trop chère et peu polyvalente, la fusée devrait laisser entrer en scène Ariane 6 dès 2021. Cette nouvelle génération de lanceur a pour objectif principal de se rapprocher des prix pratiqués par SpaceX.

  • A l’heure où ArianeGroup, co-entreprise entre Airbus et Safran, entame une réduction de ses effectifs et fait face à des pertes conséquentes, l’avenir de champion européen est incertain, encerclé par de nouveaux et nombreux acteurs internationaux, souvent dopés par des commandes nationales. Aux Etats-Unis, par exemple, les missions gouvernementales en direction de l'espace doivent obligatoirement passer par des lanceurs américains. Stéphane Israël, PDG d’Arianespace, la société chargée de la commercialisation du lanceur européen, appelait ainsi en début d’année les gouvernements européens à en faire de même et s’engager derrière Ariane 6.

Le 9ème vol du New Shepard de Blue Origin, le 18 juillet

C’est le projet "le plus important" de Jeff Bezos, le patron d’Amazon et homme le plus riche de la planète. Envoyer une capsule abritant 6 passagers à la frontière entre l’atmosphère terrestre et l’espace, à 100 kilomètres au-dessus du sol. Ce 9ème tir de la fusée New Shepard devrait être l’ultime test non-habité pour ce vaisseau développé par Blue Origin. L'objectif du programme est clair: démocratiser le tourisme spatial. L’entreprise a annoncé que la vente de billets pour l’espace commencera en 2019 sans pour autant communiquer sur un prix officiel. On estime qu’il devrait se situer dans une fourchette allant de 100.000 à 200.000 dollars par passager. Bref, un montant qui n’est pas encore à la portée de toutes les bourses.

L’échec de la fusée Soyouz-FG, le 11 octobre

Le 11 octobre, une fusée devait envoyer l'astronaute américain Nick Hague et le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine vers la Station Spatiale Internationale (ISS), une mission de routine pour la légendaire fusée russe Soyouz. Problème, au bout de deux minutes de vol, un booster ne se détache pas correctement du corps central de la fusée et les deux astronautes sont éjectés. Un grave accident est évité de peu. En dehors d'avoir mis deux vies humaines en danger, cet échec de lancement a été retentissant car la fusée Soyouz est, à l'heure actuelle, le seul moyen d’accéder à l'ISS. L’arrêt momentané du programme condamnerait donc l'avenir de la station à court terme. Depuis, un nouveau lancement a été effectué et trois astronautes ont pu rejoindre la station internationale, cette fois ci sans encombre.

Tom Mery