BFM Business

Le métier de diagnostiqueur immobilier est au cœur de la rénovation énergétique des logements

[CONTENU PARTENAIRE] Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est un document qui donne une estimation de la consommation énergétique d'un logement et son taux d'émission de gaz à effet de serre. Il vise à informer le candidat acquéreur ou locataire sur le bien qu'il projette d'acheter ou de louer. Il joue aujourd’hui un rôle essentiel, tant en matière de vente d’un bien, qu’au sujet de l’élaboration de politiques de performance énergétique. Les explications de Guillaume Exbrayat, président de Diagamter, société spécialisée dans le diagnostic immobilier.

Avec le développement durable désormais au centre des préoccupations, le DPE (diagnostic de performance énergétique), a-t-il pris une nouvelle ampleur ?

Oui. Dans les relations avec les clients particuliers, le DPE est, aujourd’hui, le diagnostic roi. C’est celui qui les intéresse le plus. Une étude réalisée par l’association de notaires Dinamic montre qu’un même bien, situé dans la même ville, avec le même nombre de pièces, etc., peut avoir un écart de prix allant jusqu’à 30 % lié à sa performance énergétique. Autre point fondamental, le DPE est au cœur de la rénovation énergétique des logements. Chez Diagamter, nous sommes très investis sur ce sujet. Nous publions une étude sur le DPE qui montre qu’il s’agit d’un outil fiable qui permet de bâtir des politiques concernant les objectifs d’énergie dans le logement. Il est désormais toutefois nécessaire de lui associer l’étiquette carbone, essentielle pour le futur, encore trop souvent délaissée. C’est pourquoi, il est nécessaire de faire de la pédagogie autour de ce sujet, ce à quoi nous nous employons.

Comment, concrètement, mesure-t-on un DPE ?

Pour mesurer un DPE, il faut d’abord se déplacer, ce qui est une obligation de la réglementation, afin de mesurer des surfaces thermiques, des surfaces de déperdition. Il s’agit d’un processus extrêmement technique où l’on va collecter une centaine de données liées à l’isolation, au système de chauffage… Ces paramètres vont être intégrés dans des logiciels certifiés par l’Etat, ce qui fait qu’avec les mêmes données, on obtient les mêmes résultats. De plus, le DPE s’accompagne toujours de recommandations en vue d’améliorer la consommation énergétique et réduire l’empreinte carbone.

Pour vous, le rôle d’un diagnostiqueur tel que vous l’êtes dans la lutte contre le réchauffement climatique est donc important…

Il est fondamental. Autour du sujet de la rénovation énergétique, les enjeux de travaux sont très conséquents. En fin de compte, la question est « qui va déclencher les travaux et les orienter ? ». En tant que diagnostiqueur, la réglementation nous interdit d’avoir partie liée avec des fournisseurs de travaux, d’énergie ou de matériel, afin d’éviter tout conflit d’intérêts. Cela garantit que le diagnostic repose à 100 %sur un fondement technique. Le diagnostiqueur est par construction indépendant de ce qui se passera après avoir posé son diagnostic. C’est là que réside notre véritable valeur et cela fiabilise notre avis par rapport à nos clients.

Comment la révolution numérique impacte-t-elle votre activité ?

Le digital joue une grande importance dans l’acte de production. En ce qui concerne ce dernier volet, un diagnostic est un document qui fait de 40 à 60 pages. Ce sont des logiciels qui nous assistent dans la génération de ces documents. De plus, le numérique nous permet de développer une relation très forte avec nos clients. N’importe quel internaute peut savoir quels sont les diagnostics dont il a besoin grâce aux outils digitaux en ligne sur notre site en fonction de l’âge du bien, de sa situation, de son statut juridique (est-il en copropriété ou pas) … De plus ce qui est fondamental, c’est les processus que nous appliquons en aval. Les rapports Diagamter sont mis à disposition sur des plateformes de services avec des alertes sur des fins de validité. Nous avons également couplé notre offre de diagnostics avec la possibilité de créer des plans 3D modifiables du bien. Le client vendeur va donc pouvoir proposer au futur acquéreur de modifier certains éléments. Enfin, sur notre site, vous pouvez acheter votre diagnostic en réservant un créneau (comme on achète un billet d’avion), et procéder au paiement de la prestation par carte bancaire.

Allez-vous continuer à privilégier le modèle de la franchise ?

Nos 150 agences, réparties sur l’ensemble du territoire français, sont des franchisés. Ces 20 dernières années ce modèle a fourni les preuves de son efficacité. Depuis trois ans, d’autres pans d’activité s’ouvrent, notamment de l’amiante avant travaux, domaine qui concerne, cette fois, les professionnels (maîtres d’ouvrage…). Dans ce domaine, il faut disposer de structures avec des capitaux plus importants pour pouvoir répondre aux appels d’offre et gagner de grands marchés. Dans ce contexte, nous développons une seconde marque qui s’appelle Aléa Contrôles dont les structures sont pour moitié en propre et pour moitié suivent le modèle de la franchise.

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec SCRIBEO. La rédaction de BFM BUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

en partenariat avec SCRIBEO