BFM Business

Réforme de l'ENA: la formation doit être ouverte "à tous les jeunes de notre pays"

Sur notre antenne, la ministre Amélie de Montchalin a défendu la réforme de l'Etat, souhaitée par Emmanuel Macron. Le but: mieux former les cadres et permettre à tous les jeunes d'y accéder.

La réforme de l'ENA est une "transformation complète", assure Amélie de Montchalin. La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques était l'invitée de BFM Business ce jeudi. L'École nationale de l'administration sera remplacée par un Institut du service public (ISP), comme l'a annoncé Emmanuel Macron la semaine dernière.

Le but est de "mieux former" les cadres de l'Etat aux "enjeux du 21ème siècle" comme l'écologie, le numérique et la technologie. "Mon but c'est que votre classement à 25 ans ne définisse plus votre carrière", explique la ministre.

Désormais, les membres de l'Institut du service public seront "administrateurs de l'Etat pendant quelques années". Ils auront "plusieurs emplois, plusieurs postes" et ils seront ensuite nommés à différentes administrations quand jusqu'à présent, ils sortaient de l'ENA et choisissaient la Cour des comptes, l'Inspection générale de l'administration, le Conseil d'Etat ou d'autres institutions.

"Le service de l'intérêt général doit être ouvert à tous les jeunes de notre pays"

"L'ENA n'est pas une école diplomante. Vous passez un concours, vous êtes recruté comme fonctionnaire et l'Etat, en tant qu'employeur, considère qu'il doit vous former pour que vous puissiez être à la hauteur des missions qu'on vous confie", rappelle Amélie de Montchalin.

"Notre enjeu, c'est une forme d'élitisme qui fait qu'aujourd'hui le service de l'intérêt général doit être ouvert à tous les jeunes de notre pays. S'assurer que les jeunes qui sont à l'université puissent, au moins dans deux universités par région, préparer ces concours. Je ne veux plus entendre des jeunes qui en ont envie mais qui ont compris que ce n'était pas pour eux car ils ne sont pas nés dans le bon village ou dans le bon quartier. Ce n'est pas républicain", conclut la ministre.
https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech