BFM Business

Reconfinement: les entreprises alimentaires se sont préparées pour éviter toute pénurie

Carrefour va proposer à ses clients de réserver un créneau pour le passage en caisse

Carrefour va proposer à ses clients de réserver un créneau pour le passage en caisse - Pixabay

L'Association nationale des industries alimentaires souligne avoir anticipé d’éventuelles conditions de production et de logistique dégradées afin d'éviter toute pénurie.

Rassurer. Tel est le maître mot de la grande distribution et de la filière industrielle alimentaire alors qu'un nouveau confinement se profile. Non, il n'y aura pas de pénurie dans les magasins car le secteur a anticipé et se dit prêt.

Du côté de l'Association nationale des industries alimentaires (ANIA) qui représente 17.000 entreprises, on l'assure, la mission de "nourrir les Français" sera remplie même avec "d’éventuelles conditions de production et de logistique dégradées".

Le secteur met ainsi en avant le renforcement de la supply chain sur les références les plus demandées, une organisation du travail en 3X8 et des process adaptés pour assurer la protection des salariés.

Souveraineté alimentaire

Il souligne avoir anticipé sur la disponibilité et l’approvisionnement des matières premières qui rentrent dans la composition des produits et des emballages (ce dernier point avait posé problème lors du confinement de mars-mai).

Quelle que soit la nature des mesures qui seront annoncées ce soir par le Président de la République, les entreprises alimentaires sont prêtes et se sont organisées depuis plusieurs semaines pour maintenir la fabrication et l’approvisionnement des magasins, sans risque de pénuries. Les entreprises sauront répondre aux demandes des consommateurs", martèle Richard Girardot, Président de l’ANIA.

"La très grande majorité des produits alimentaires consommés par les français sont fabriqués en France sur des sites de production qui emploient plus de 420.000 salariés. Des salariés engagés pour relever le défi que représente la continuité de la chaîne alimentaire, en qualité et quantité. La souveraineté alimentaire est plus que jamais une force pour notre pays", ajoute-t-il.

Les grands fournisseurs sont sur la même longueur d'onde. "La grande distribution a des stocks et nous avons des stocks également. Cette fois, nous serons beaucoup plus sereins. Les choses sont bien gérées. Il y aura suffisamment de blé pour assurer l’ensemble de la production", explique ainsi Xavier Riescher, le président de Panzani.

Déjà +30% pour les pâtes

Côté grande distribution, on affiche également sa sérénité mais les achats massifs d'anticipation qui ont déjà commencé pourraient inquiéter.

Sur Twitter, Michel-Edouard Leclerc le répète: "pas de panique, il y a du stock partout".

"Ne rejouons pas mars 2020!" ajoute-t-il néanmoins, épinglant les achats compulsifs qui peuvent déboucher sur des tensions. "Les consommateurs depuis une semaine se jettent à nouveau sur les pâtes (+30%) et le papier WC (+20%)".

"Il y a quelques produits pour lesquels il y a eu une forte demande", confirme à l'AFP le patron de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) Jacques Creyssel, mais "les distributeurs se sont préparés à toutes les éventualités puisque différents scénarios sont sur la table". Tout se passera bien si "tout le monde reste raisonnable" dans ses achats, souligne-t-il.

On a malheureusement l'expérience du confinement de mars, on voit bien les produits qui font l'objet d'une forte demande. Mais les magasins resteront ouverts, il y aura suffisamment de produits et donc pas d'inquiétude à avoir pour les clients et les consommateurs, affirme-t-il. Il n'y pas besoin de faire du stock, car on trouvera tout ce qu'il faut sans difficulté dans les semaines qui viennent".
Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business