BFM Business

Rasoirs, stylos... Comment la crise du Covid a durement frappé Bic

Bic a vu son bénéfice chuter de plus de 20%

Bic a vu son bénéfice chuter de plus de 20% - AFP-Philippe Lopez

La fermeture des écoles lors du premier confinement a plombé le marché de la papeterie et la généralisation du télétravail celui du rasage. Le chiffre d'affaires de Bic a lourdement chuté de plus de 16%.

La crise plombe les ventes de stylos et rasoirs: après une année 2020 ardue, le français Bic prévoit certes de redresser des revenus en nette baisse, mais sans qu'ils retrouvent dans l'immédiat leur niveau d'avant.

L'an dernier, le groupe a subi une baisse de 16,5% de son chiffre d'affaires, à 1,63 milliard d'euros. Son bénéfice net a quasiment été divisé par deux à 93,7 millions d'euros, a-t-il annoncé mercredi.

Dans l'ensemble, les résultats du groupe ont été fortement affectés par la Covid-19", résume Bic dans un communiqué, notant que les tendances sont "restées faibles" dans toutes ses grandes activités.

Bic signait déjà des performances moroses avant la crise du virus, mais celle-ci a empiré les choses à cause des multiples épisodes de confinement à travers le monde.

La Covid-19 a entraîné des changements importants dans les habitudes de consommation et les comportements d'achat", souligne Bic.

Ainsi, les fermetures d'écoles ont plombé sa branche papeterie, qui comprend notamment les stylos, même si le groupe se félicite d'un regain d'intérêt pour ses produits de coloriage. Les rasoirs, eux, ont pâti de la généralisation du télétravail: il "a entraîné une baisse de la fréquence de rasage chez les hommes", remarque Bic.

Désormais, le groupe, qui a annoncé fin 2020 un plan stratégique prévoyant de réduire ses coûts de fonctionnement mais de multiplier les acquisitions ciblées, compte redresser ses revenus.

Mais ils n'effaceront pas en 2021 la crise. Bic compte faire rebondir son chiffre d'affaires de 5% à 7% - à taux de changes constants -, ce qui le placera sous son niveau de 2019 et même d'avant.

Nous nous concentrerons sur les gains de parts de marché dans les principaux pays en croissance grâce au lancement de nouveaux produits et à des activités promotionnelles efficaces", assure Bic, qui veut aussi insister sur le commerce en ligne.
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco