BFM Business

Qui sont ces patrons américains "surpayés" ?

Sundar Pichai, CEO d'Alphabet (maison-mère de Google)

Sundar Pichai, CEO d'Alphabet (maison-mère de Google) - Justin Sullivan - Getty Images North America/AFP

Google, Disney, Microsoft… l'ONG As You Sow a publié son nouveau rapport des 100 patrons "surpayés", en se basant sur l'écart avec la rémunération médiane des salariés mais aussi du taux d'approbation des actionnaires vis-à-vis du salaire du patron.

C'est probablement un titre dont il se serait bien passé. Sundar Pichai, CEO d'Alphabet (maison-mère de Google) est désormais considéré comme le patron le plus "surpayé" d'Amérique. Le classement réalisé par l'ONG As You Sow ne liste pas forcément les plus gros salaires mais plutôt les rémunérations qui semblent excessives. Elle s'appuie ainsi sur trois facteurs : le ratio entre cette rémunération et le montant du salaire médian des salariés, le taux d'opposition des actionnaires à cette rémunération et enfin les performances de l'entreprise.

Selon le rapport, Sundar Pichai cumule les mauvaises notes : il aurait ainsi touché 280 millions de dollars en 2019, soit 1085 fois plus que le salaire médian des salariés de Google. Une rémunération qui a été rejetée par près de 70% des actionnaires externes même si, en pratique, le pouvoir extraordinaire de vote des deux fondateurs Larry Page et Sergei Brin (et soutiens de Sundar Pichai) fait mécaniquement retomber ce score à 25%. Enfin, plusieurs observateurs, cités par le rapport, notent un "manque de performance" du CEO, en rapport avec sa rémunération.

Facebook, bon élève?

Derrière le patron d'Alphabet, on retrouve celui de Discovery, David M. Zaslav : 45 millions de dollars au compteur, soit 578 fois plus que le salaire médian et une opposition de 85,5% des actionnaires. Rober Iger, de The Walt Disney Company arrive en cinquième position (47,5 millions de dollars soit 911 fois le salaire médian). Robert A. Kotick d'Activision Blizzard est en 16ème position (30 millions de dollars soit 319 fois le salaire médian) tandis que Satya Nadella, le patron de Microsoft, arrive en 24ème position (42 millions de dollars soit 249 fois le salaire médian).

En matière d'écart de rémunération, Starbucks fait très fort : Kevin R. Johnson a touché 19 millions d'euros soit 1675 fois le salaire médian. En revanche, il a reçu un franc soutien de ses actionnaires, raison pour laquelle il n'est classé que 43ème. Du côté des "bons élèves" de ce top 100, Facebook qui limite la rémunération de Mark Zuckerberg à "seulement" 94 fois le salaire médian.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business