BFM Eco

PSA testera progressivement le télétravail généralisé auprès de ses 18.000 salariés en France

Selon la direction de PSA, le télétravail doit concerner à terme 40.000 personnes, dont 18.000 en France, sur un total d'environ 200.000 salariés dans le monde.

Selon la direction de PSA, le télétravail doit concerner à terme 40.000 personnes, dont 18.000 en France, sur un total d'environ 200.000 salariés dans le monde. - -

Le constructeur automobile préfère adopter, sur ce sujet sensible, une démarche progressive à la rentrée avant de de généraliser le télétravail, hors sites de production. Environ 18.000 salariés seront concernés en France.

PSA avait surpris ses salariés et leurs représentants syndicaux début mai, en déclarant vouloir généraliser le travail à distance, en plein essor pendant le confinement.

Le constructeur automobile affichait pour objectif une présence de salariés sur site limitée à "une journée à une journée et demie par semaine, en moyenne" pour ceux du tertiaire (hors site de production), les services commerciaux et la recherche-développement, soit 3,5 journées de télétravail, plus que ce qui est déjà pratiqué chez PSA actuellement.

40.000 salariés dans le monde sont concernés à terme

La direction visait alors une "mise en place à l'été pour l'ensemble des implantations dans le monde". Selon elle, il doit concerner à terme 40.000 personnes, dont 18.000 en France, sur un total d'environ 200.000 salariés dans le monde. Mais en France, les discussions avec les organisations syndicales se sont révélées âpres et ne sont toujours pas achevées. La mise en place du projet, baptisé "New Era of Agility" par la direction, mais décrit comme du "télétravail massif" par certains syndicats, va donc se faire par phases.

"70% de télétravail, 30% en présentiel"

Après la phase actuelle de "retour progressif sur site pour ceux qui en ont besoin, dans le respect des règles sanitaires", est prévue une "seconde phase en septembre et en octobre d'implémentation mondiale, avec des spécificités et dans une logique d'ajustements", a déclaré Xavier Chéreau, directeur des ressources humaines du groupe.

Pour les salariés concernés, l'organisation du travail sera "répartie entre 70% de travail à distance et 30% en présentiel, en tenant compte des spécificités individuelles", précise-t-il.

Les syndicats de PSA plaident pour le volontariat

Dans un troisième temps, la direction compte "analyser les retours d'expérience avec les partenaires sociaux" afin d'"établir des règles les plus souples possibles pour que les collaborateurs puissent s'y retrouver, tant dans le travail à distance que dans le travail en présentiel". Alors que direction et syndicats français défendent des sondages internes aux conclusions divergentes, les organisations syndicales ont tracé comme ligne rouge l'aspect volontaire du recours accru au télétravail.

F.B avec AFP