BFM Eco

PSA: 56% des salariés sondés par la CFDT opposés au projet de généralisation du télétravail

Le site PSA Peugeot Citroën assemble le Peugeot 3008, le véhicule made in France le plus vendu dans le pays.

Le site PSA Peugeot Citroën assemble le Peugeot 3008, le véhicule made in France le plus vendu dans le pays. - Sebastien Bozon - AFP

La CFDT de PSA présente les résultats d'un sondage réalisé auprès de 3300 salariés: 56% sont défavorables au projet de la direction de généraliser massivement le télétravail.

Alors que la direction de PSA veut déployer massivement le télétravail jusqu'à 3 à 4 jours par semaine, la CFDT a sondé 3300 salariés du groupe automobile surtout des cadres et des techniciens de quelques sites du groupe. Ce sondage intervient alors que les syndicats de PSA ont été mis devant le fait accompli.

La CFDT "tient à rappeler que le télétravail, malgré les assouplissements de la dernière ordonnance, n’est ni un droit, ni une obligation que ce soit pour le salarié ou l’employeur et ne peut pas s'imposer à tous de façon arbitraire", dans une déclaration datée du 4 juin sur un de ses sites internet.

39% des salariés ont découvert le télétravail lors du confinement

L'enquête réalisée porte sur trois sites des Yvelines: celui de Vélizy (43% des sondés), le pôle tertiaire de Poissy (15%), Carrières-sous-Poissy (8%), ainsi que Sochaux/Belchamp (27%), sachant que 99 % des salariés sondés avaient expérimenté le télétravail chez PSA, 39% l"ayant découvert lors du confinement.

Une majorité de 56% des salariés de PSA sondés sont opposés à une généralisation massive du télétravail.
Une majorité de 56% des salariés de PSA sondés sont opposés à une généralisation massive du télétravail. © CFDT PSA

Le télétravail s'avère un sujet clivant: 56 % sont opposées: 27% ne sont "pas du tout d’accord" et 29% "plutôt pas d’accord", quand ils ne sont que 22 % à être "tout à fait d’accord".

72% des salariés ne veulent travailler pas plus de 3 jours

Les sites de PSA qui ont déjà le plus expérimenté le télétravail sont ceux qui ont tendance à s’opposer le plus à cette généralisation. Le site de Sochaux/Belchamp arrive en tête (61 % de plutôt pas d’accord et pas du tout d’accord) suivi par le centre de Poissy (60% de plutôt pas d'accord ou plutôt pas d'accord).

72% des salariés ne veulent pas dépasser 3 jours de télétravail par semaine, dont 45% veulent travailler 1 à 2 jours.
72% des salariés ne veulent pas dépasser 3 jours de télétravail par semaine, dont 45% veulent travailler 1 à 2 jours. © CFDT

Presque trois-quarts des salariés sondés (72%) veulent bien télétravailler mais pas plus de trois jours dont 45% pas plus de deux jours. Ils sont 50 % à estimer qu’il peut être bénéfique pour leur vie de famille mais ils sont 53% à estimer qu'un télétravail massif aurait un impact négatif pour l'atteinte des objectifs individuels et collectifs,

La crainte de la perte du lien social pour 87% des sondés

La perte de lien social est le premier risque invoqué par les sondés (87 %) devant la rupture du lien managériale (52,65%). Ils sont aussi 34% à redouter des risques psychosociaux.

Du côté avantages, le gain de temps sur les trajets (79%), l’économie de frais de transport (51%) arrivent en tête parmi les salariés sondés, devant la meilleure conciliation entre vie privée et vie professionnelle. L'enquête révèle aussi une attente forte des salariés sur la prise en charge des coûts engendrés par le télétravail (matériel informatique, matériel de bureau, frais d'électricité et titre restaurant).

Frédéric Bergé