BFM Business

Rachat d’entreprise en LBO : comment fonctionne un Leverage Buy-Out ?

-

- - -

Le leverage buy-out - LBO - est un terme anglo-saxon pour désigner le rachat d’une entreprise par une entreprise tierce spécialement créée pour l’occasion. Cette société - une holding - conçue pour acquérir une société permet à des investisseurs d’acheter l’entreprise ciblée en limitant leur apport personnel et en faisant supporter le poids de l’endettement sur l’entreprise elle-même.

Le rachat d’une entreprise par effet de levier - LBO - est une opération financière qui permet à une société tierce de prendre le contrôle d’une autre entreprise. On parle d’une holding car cette société n’a pas vocation à exercer une activité en particulier, elle vise seulement à regrouper des associés ou des investisseurs qui souhaitent acquérir une ou plusieurs sociétés. Cette « vocation financière » de l’entreprise doit toutefois être mentionnée dans l’objet social de l’entreprise. S’agissant de la forme juridique, cette holding peut être une SA, une SAS ou une SARL, c’est aux fondateurs de comparer toutes les possibilités et de retenir la solution la plus pertinente au regard de leur projet.

Pour les investisseurs, l’intérêt de ce type de montage est qu’il est possible de racheter une entreprise en minimisant considérablement leur apport personnel. Les investisseurs doivent apporter des fonds pour constituer le capital de départ de la holding mais cet apport est bien plus faible que la valeur totale de l’entreprise ciblée. On considère que les investisseurs doivent réaliser un apport du 1/3 de la valeur de l’entreprise ciblée afin de pouvoir contracter l’emprunt nécessaire à l’acquisition de l’entreprise.

Un rachat par LBO peut être envisagé après une analyse minutieuse de la situation comptable et financière de l’entreprise ciblée. De fait, c’est l’entreprise cible qui supportera le coût de l’acquisition puisqu’elle distribuera des dividendes à la holding afin que celle-ci puisse s’acquitter de la dette contractée pour financer l’opération. C’est un point sans quoi tout rachat par LBO ne peut avoir lieu : l’entreprise ciblée doit impérativement être rentable et dégager des bénéfices supérieurs au coût de l’endettement. De même, s’il est possible d’opérer un rachat par LBO avec toute entreprise, il s’agit en général d’entreprises qui génèrent plusieurs millions d’euros de chiffres d’affaires.

D’un point de vue fiscal, la création d’une holding comporte également de solides atouts pour les investisseurs. À titre d’exemple, une société holding qui détient une participation d’au moins 5% dans une autre société depuis plus de deux ans, peut opter pour le régime mère-fille, ce qui permet d’éviter une double imposition : le bénéfice est taxé dans la société qui l’a généré et ensuite dans la société holding lors de la distribution des dividendes (pour la quote-part qui lui revient). Autre atout également avec la possibilité de faire de l’intégration fiscale. L’intégration fiscale permet de « mutualiser » le paiement de l’impôt sur les bénéfices en regroupant les pertes et les bénéfices des sociétés intégrées. Les pertes des unes peuvent compenser les bénéfices des autres afin de payer globalement moins d’impôts.

Cet article n'a pas été rédigé par les journalistes de BFM Business

Contenu rédigé par notre partenaire CessionPME