BFM Business

Pourquoi les syndicats appellent à la grève chez Carrefour pour Pâques

Marie Cheval prend la tête des hypermarchés Carrefour en France

Marie Cheval prend la tête des hypermarchés Carrefour en France - PASCAL PAVANI / AFP

Les syndicats dénoncent le passage de plus en plus de magasins en location-gérance, ce qui prive les salariés des avantages du groupe Carrefour. Une quarantaine de magasins sont concernés.

La CFDT appelle à la grève chez Carrefour. Bien que minoritaire au sein du distributeur, le syndicat souhaitent que les salariés des magasins et des entrepôts ne travaillent pas le week-end de Pâques, soit du 3 au 5 avril à venir.

Le syndicat qui dénonce le projet Top, une nouvelle organisation d'approvisionnement des magasins réclame des hausses de salaires après une année 2020 historique mais c'est surtout le passage de magasins en location-gérance qui a semé la discorde.

"Ce qui est difficile c’est le télescopage actuel entre les bons résultats de Carrefour, la crise sanitaire et ce genre de décisions sur le passage de magasins en location-gérance, déplore dans LSA Sylvain Macé, délégué syndical de groupe Carrefour France. Faut-il annoncer ce type de basculement quand on annonce des bons résultats? En termes de responsabilité sociale, on trouve que cela n’est pas correct."

Les négociations annuelles obligatoires de revalorisations des salaires, que la direction du géant de la distribution avaient rouvertes il y a quelques semaines, se sont conclues dernièrement sur un constat d'échec, le groupe ne proposant pas mieux qu'entre 0,9% et 1% d'augmentation, selon Sylvain Macé. Selon lui, le climat social dans l'entreprise est tellement tendu actuellement que le mouvement devrait être suivi.

Dans le collimateur aussi, la location-gérance qui est une forme de gestion des magasins dans laquelle propriétaire -en l'occurrence Carrefour- reste le bailleur mais ne le gère plus en direct et perçoit simplement un revenu sous forme de redevance. Le magasin ne devient pas indépendant comme un E.Leclerc ou un Intermarché mais le gérant devient le nouvel employeur.

Carrefour qui a fait passer plusieurs dizaines de magasins en location-gérance en 2020 prévoit une quarantaine de nouveaux passages en 2021, 10 hypermarchés et 30 supermarchés.

Des changements totalement transparents pour les clients mais qui ne sont pas sans conséquence sur les salariés. Ces derniers changent alors d'employeur. Ils doivent donc signer un nouveau contrat de travail. Or comme il s'agit le plus souvent des magasins les moins rentables du groupe, les salariés perdent des avantages. Les syndicats ont constaté que certains perdaient des titres de restauration, d'autres des chèques vacances et la plupart des remises en magasins auxquelles les salariés du groupe Carrefour ont droit.

"Ce n'est qu'une solution économique pour externaliser le problème, dénonçait en 2020 le syndicat FO dans un communiqué. C'est une perte de droits et de pouvoir d'achat pour les salariés."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco